Les chroniques de l'Antemonde

Forum du module de jeu Neverwinter Nights
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Déchéance déveine - Calice Khôl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Force Rouge

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Déchéance déveine - Calice Khôl    Lun 20 Jan - 23:05

Calice Khôl
"Je ferais du véritable culte l'unique voie de sortie de ces êtres emprisonnés."

Je n'arrive pas à me souvenir. Tout ce dont je me rappelle, c'est le tumulte dans lequel nous nous trouvions. Son regard bleu se tournant soudainement vers moi. Il n'était plus aussi sûr de lui, le blanc qui se dessinait autour de ses pupilles indiquait la surprise. Qu'avait-il vu ? Que s'était-il passé ? Je n'ose même pas en parler avec lui. Je ne sais pas ce dont il se rappelle, je ne sais pas si c'est encore un de ces songes répétés qui n'a rien à voir avec la réalité. Pourquoi alors nous trouvons-nous ici, là où... Là où cette Brume semble camoufler tout ce qui était nécessaire à ma vie ?

Mes pouvoirs se retrouvent faibles, presque inexistants. Je sais que ma Foi est là, qu'elle porte les résidus d'énergie qui me soutiennent mais.. Mais c'est comme si... Comme si tout ce qui soutenait ma Divinité avait disparu. Comme si elle n'avait plus aucun pouvoir, hormis celui qu'elle pouvait tirer de ma propre existence. La Brume épaisse camoufle désespérément... les croyants. Ici, il n'y en a pas. Il n'y en a plus. Ou peut-être n'y en a t-il jamais eu. Je dois être la seule prêtresse se retrouvant comme à la naissance d'un Dieu. Ces gens ignorent le pouvoir de Beshaba car elle n'avait pu en avoir aucun en ces terres, vu que personne n'y... n'y pensait. N'y croyait. Personne.

Jamais je n'ai vu un tel sentiment de supériorité, d'indécence vis à vis d'une représentante de la Pucelle. Des injures, des touchers, ils se sentent à l'abris, ils se gaussent de Dame Destinée et que puis-je y faire ? Rien. Rien à part convertir. Reformer sa Force, instaurer la Foi, recréer un réseau de fidèles afin qu'Elle puisse émerger de cette Brume, afin qu'Elle puisse la surpasser, la dominer, s'en servir. Je ferais de la Brume son outil, je transformerais les mentalités, ils croiront au Destin sous le regard capricieux de la Pucelle. Ils La sentiront à travers moi, ils craindront les malédictions, ils s'agenouilleront devant la Poisse afin que celle-ci ne soit courroucée. Sur ces bases, je pourrais les punir et ils seront pétris de regrets et de terreur. Ils se souviendront alors, là où la Pucelle n'oublie jamais.

Comment exprimer ma détresse ? Je lui parle, chaque jour, je dédie chacune de mes pensées, chacun de mes gestes. Sa Force qui me rendait si puissante est à présent discrète comme derrière un voile de coton. Mais Elle ne m'abandonne pas. Elle s'immisce encore dans mes songes, dans mes prières et mes transes. Elle m'ordonne, elle me torture. Elle presse mon âme et y extirpe mon énergie afin que je la déverse sur ces mécréants ! Ses caprices érigeront les nouvelles lois de cette ville perdue ! Sa mesquinerie perforera les coeurs et punira les inconscients !

J'ai passé mon existence à essayer de devenir la Porte-Poisse. Je l'ai voulue de tout mon être, je me suis battue pour obtenir cette place, cet honneur. J'ai grimpé les échelons malgré mon impétuosité, mes caprices, mon impatience... il m'en manquait mais... Me voilà. Ici. Et au tréfond de ma peur, je perçois avec dévotion la Grâce qu'elle m'a faite. Je suis chargée en ce monde si étrange et désintéressé de la spiritualité et de Son pouvoir... de construire. De tout construire. De tout prouver. J'ai là le plus lourd fardeau sur mes épaules et voilà que Son regard magnifique et capricieux est posé sur moi, m'assommant mielleusement d'ordres muets. Ici serait son nouveau berceau. Elle renaîtrait en ces terres, à travers mon corps, mon âme et mon sacrifice.

Ces païens payeront leur affront. Ma puissance les transcendera ou les détruira. Comment a t-on pu arriver à ce point d'irrespect ? Dame Destinée les estime assez intéressants pour m'envoyer instaurer Son Culte parmi leur populace. Peu à peu ils tourneront le dos à la chance et sa fausse légèreté, ils accepteront enfin leur destin et craindront l'unique divinité ayant emprise dessus : la Pucelle de l'Infortune. Je ferais du véritable culte l'unique voie de sortie de ces êtres emprisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Force Rouge

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Re: Déchéance déveine - Calice Khôl    Mer 22 Jan - 11:58

Conscience
"Ne suis-je pas là pour sauver ces âmes en réenclenchant un destin qui leur parait figé ?"


Je l'avais remarqué, ce colosse d'acier, lorsque j'étais arrivée. Sa seule intervention avait déclenché une forme de respect, qui fut confirmée ce soir. Ses paroles résonnèrent en moi. Je venais de recevoir les premiers conseils sincères de vie, ici-bas. Certains de ses mots furent perturbants par leur sens car véritables et plus j'observais cet être, plus j'étais convaincue de mon devoir d'éloigner la Poisse du chemin de son destin. Il était pour l'instant le seul individu qui en tant que non croyant, possédait une base  de respect et faisait accueil à notre culte. Sans s'y soumettre pour autant, il honorait de par son attitude la Pucelle de l'Infortune.

Le concept du temps était vrai. Je percevais que la durée n'était plus la même, que les repères étaient inexistants. Comme si je pouvais choisir avec beaucoup plus de facilité combien de temps durerait un instant. Il suffisait de se concentrer et de sentir que le poids du moment se faisait plus lourd ou plus léger. En fait, facilité je ne sais pas. On ne sait plus trop si on est détenteur de quelque chose, ou s'il nous échappe encore plus. Je me souviens m'être plongée dans des transes qui me paraissaient interminables et qui pourtant au regard de Feyd, n'avaient duré que quelques minutes. C'est ce genre de fonctionnement qui est là, permanent. Je pense que le temps, comme il me l'a dit, n'existe pas ici. Il n'y a pas de rythme. Pas de secondes ni d'heures. Comme si nous étions tous dans une sorte d'attente de jugement, que le temps était figé mais qu'on nous autorisait à nous mouvoir dedans malgré tout, le temps de nous mettre à l'épreuve.

Mais… Si personne n'a quitté ces terres, n'est-ce pas parce qu'aucun n'a réussi ? Je sens que mon Destin est grand. Si j'arrivais à révéler à travers le mien celui des autres, je changerais la face de ce monde et je les guiderais vers Dame Destinée. Ne suis-je pas là pour sauver ces âmes en réenclenchant un destin qui leur parait figé ? Il faut que j'arrive à les convaincre de par leur volonté de changer la vision de cet endroit… Il faut qu'ils se réalisent spirituellement ici, qu'ils s'élèvent avant de songer à quitter matériellement ce lieu. Cette Brume servira les desseins de la Pucelle.

Je ne vieillirais vraiment plus ? Quelle étrange idée. Suis-je réellement morte ? Non, puisque je suis ici. Mais je ne suis pas encore aux côtés concrets de ma Déesse. Mon corps est-il toujours de l'autre côté, gisant, en attendant sépulture ? Ou déjà pourri ? Si comme ils disent, nous sommes vraiment morts, alors comment suis-je morte ? Que s'est-il passé ? Quelles furent les circonstances exactes ? Feyd a t-il vu mon corps s'effondrer ? J'aimerais tant qu'il se souvienne pour pouvoir me raconter. Je ne me souviens que de ces océans bleus tourmentés qui je le sens, ont vu ce qu'il s'était passé. Ce point d'ombre est comme un artefact que je dois retrouver pour devenir digne d'être nommée Porte-Poisse par Dame Destinée. Pourtant je sais ce que je dois faire, chaque respiration me le rappelle. Tout est fade et en même temps décuplé, tout n'est qu'opposé et un gnome magicien bouffi d'intelligence m'a dit... Que c'était la première fois que deux membres d'un même culte se retrouvaient ici même. N'est-ce pas un signe ? N'est-ce pas le Destin ? N'est-ce pas me conforter dans l'idée que la Pucelle de l'Infortune souhaite nous voir victorieux ?

Le gérant du Fumoir nous a plus ou moins laissé carte blanche pour faire nos événements chez lui. Que la Capricieuse Déèsse l'oublie le temps de sa coopération. Viendra un jour où j'établirais mon antre au sein de cet établissement. J'en ferais le lieu le plus réputé de la région, un lieu où les gens grandiront dans leur conscience. Ils s'élèveront pour voir Son Pouvoir frapper ceux vénérant la chance et le dénie, ils s'uniront autour de mes prêches et s'agenouilleront de crainte et de ferveur devant la Pucelle. J'attirerais la populace entre ses griffes malfaisantes, Elle viendra les étreindre et s'en nourrir, son pouvoir renaîtra en cette terre qui deviendra Maudite par Sa Sainte attention. La désolation frappera ceux qui essayeront d'échapper à la Fatalité. Il en sera ainsi fait, je le jure, car Beshaba y pourvoit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Force Rouge

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Re: Déchéance déveine - Calice Khôl    Sam 25 Jan - 17:04

Douleur
"Avant, j'étais libérée du poids de mon humanité par l'utilisation de mes pouvoirs..."


La honte m'accablait. Qu'étais-je, si je ne pouvais prendre soin du seul fidèle de ces terres ? Je l'avais en face de moi, jaune, faible, éreinté, tremblant et je n'avais rien pu faire. Rien. Cette sensation de profonde impuissance m'échauffait l'être désagréablement. Véritable prêtresse ? Les doutes et la colère s'installèrent. Le fait de ne pouvoir le libérer de ce mal m'en créait un nouveau : j'étais indigne que l'on croit également en moi. Indigne que l'on puisse se reposer sur moi. Je n'étais rien de plus qu'une présence sans pouvoirs.

Mon regard furieux essayait de vaincre la pression douloureuse des picotements du désespoir. Le courroux cachait avec amertume les larmes qui se pressaient non loin de mes yeux. Mes lèvres scellées avec une tension croissante amassaient derrière leur mur le coup des mots désespérés essayant de s'échapper, la puissance des sanglots espérant se libérer de l'enveloppe de haine que je leur imposais. Je voulais tout détruire. Mon prénom répété me rappelait sa présence et je m'arrachais non sans rancoeur à mon état.

J'étais triste, profondément triste. J'avais beau croire et avoir Foi en ce que j'avais été, puissante et fière, ce nouveau départ était beaucoup plus complexe à porter que je n'aurais cru. Voir le si peu d'influence sur les autres, ne pas réussir à pouvoir protéger ou libérer le seul croyant sur cette maudite terre... C'était la plus grande torture que l'on ait jamais dû m'imposer. Jamais je n'avais dû être aussi sensible, la peau et l'espoir à vif. Je ne détenais plus grand chose et je me sentais tellement faible que la colère était un sentiment presque permanent. Le seul qui puisse me défendre du chagrin.

Je n'avais pas le droit d'être triste, pas le droit de me montrer aussi ridicule. Je n'avais que Feyd comme croyant et cela imposait déjà le rôle que je devais avoir. Je devais vite retrouver des pouvoirs, les travailler, quitte à remuer les bras dans la brume jusqu'à en perdre connaissance. Il fallait qu'elle se dissipe, qu'elle s'ouvre et que je puisse retrouver ma force d'antan, puissante et fière. Beshaba devait pouvoir me parler et c'était à moi de faire en sorte que Sa Voix puisse passer sans encombres et m'atteindre. N'avais-je pas tout acquéri grâce à elle et sa Grâce ? N'était-ce pas le moment de travailler seule, pour la retrouver entièrement, la remercier à nouveau et qu'elle daigne me rendre ce que j'avais déjà obtenu dans la grandeur ?

L'énergie me manquait. Seule, je me retrouvais à faire face à ma solitude d'âme. Ne pas avoir Son énergie, c'était comme être une enveloppe vide. Mes prières occupaient mon esprit mais j'avais un manque gigantesque, une partie de moi était absente et rendait tout mon être incomplet. Souffrant. Impuissant. Triste. Combien de fois m'étais-je mise à pleurer bien à l'abris des regards, depuis que nous étions ici ? Même Feyd ne m'a jamais vue dans cet état.  J'avais oublié cette sensation immonde d'en avoir besoin. Cela faisait des années que je n'avais pas eu à pleurer. Avant, j'étais libérée du poids de mon humanité par l'utilisation de mes pouvoirs... Sans eux, je redevenais quelqu'un d'aussi bas que la plèbe m'entourant, même si je n'osais me l'avouer.

Ô Toi, Pucelle de l'Infortune, Maitresse des Destins. J'aimerais tant entendre à nouveau clairement Ta Voix et Ta Cruauté. Durant des années ma vie n'était que Toi et je dois réapprendre à obtenir ce que je possédais aussi naturellement. Ce parcours infâme et difficile, je dois le refaire. Une épreuve bien plus difficile à exécuter, seule comme je suis. Je n'ai de professeure, je n'ai de fidèles à part Feyd, je n'ai aucunes règles que Tu as instauré, sur cette terre vierge de Tes pouvoirs. Le dépaysement est grand, mes doutes seront punis un jour. La Victoire qui doit avoir lieu fait partie du Destin de ces îles. Qui serais-je, si je n'oeuvrais pas pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Force Rouge

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Re: Déchéance déveine - Calice Khôl    Dim 26 Jan - 15:01

"Je perturberais chacun de ses plans,
chaque parcelle de son influence et le Culte de la Brume se verra être déchu."

La discussion avec cet ancien priant m'avait perturbée. Etait-ce vrai ? J'en étais sûre, ce qui ne rendait pas la chose agréable... Mais ça me donnait des clefs pour agir. Il m'avait dit que la Brume se faisait un malin plaisir à défaire ce qu'il avait fait par Kelemvor, afin de le décrédibiliser aux yeux de la Plèbe. C'était malsain et dangereux mais au moins j'étais prévenue. La Brume s'attaquait directement aux croyants et à leur Foi, elle voyait cela comme un danger et ne voulait sincèrement pas qu'une croyance la surpasse. Si ce sont eux qui perdent le plus vite espoir, c'est que la Brume se fait plus vindicative à leur sujet car elle en a peur. Le Kelemvorite l'entendait rire dans sa tête. Qui ?

Mais qui dirige la brume ? J'ai entendu parler de l'Alcade, par un petit rassemblement de villageois. Un magicien qui dirigerait Antemonde du haut de la tour. Serait-ce réèllement possible que nous n'ayons pas été envoyés ici par nos Dieux ? Beshaba, en me parlant d'aussi loin, ne voudrait-Elle pas me signifier de lutter contre quelque chose qui arrive à entraver Ses Pouvoirs ? Ne lutte t-Elle pas pour récupérer une de ses prêtresses volée ? Les hypothèses venaient légèrement de changer, après avoir discuté avec ce vieil homme... Sans pour autant m'offrir la moindre certitude.

La Brume devait tirer sa force de l'usure qu'elle avait réussi à appliquer sur chacun de ses prisonniers. Elle se berçait dans leur désillusion et veillait scrupuleusement à ses biens. Il fallait que cela change. Il fallait qu'une puissance la surpasse et la Pucelle était toute indiquée. Je me devais de faire changer le regard que les gens portaient sur la Brume. Leur crainte et les prières devaient se tourner vers Dame Destinée au point que la Brume ne soit qu'en second plan. Mais comment réussir à les détourner de ce qui les entoure depuis si longtemps ? De ce qu'ils voient en permanence ?

Leur destin s'était arrêté parce qu'une emprise officiait. Mon devoir était en fait bien plus grand que ce que je m'indiquais jusqu'alors. Il fallait que je me reprenne, jamais mon âme ne se percerait de doutes, peu importe ce que la Brume me fera quand elle comprendra mes desseins. Une lourde épreuve se profilait devant moi. Je dissiperais le brouillard d'autour du peuple, je leur rappellerais la Puissance de la Foi et ils arrêteront peu à peu de nourrir la Brume sans s'en rendre compte. On se retournera contre moi. On essayera de me faire plier. Je découvrirais le responsable, je serais sa plus puissante adversaire et il constatera avec amertume que le destin de ce qu'il a construit ne sera pas celui qu'il aura imaginé. Il n'y a qu'une seule Maitresse du Destin, peu importe les mondes.

Je perturberais chacun de ses plans, chaque parcelle de son influence et le Culte de la Brume se verra être déchu. Je tuerais la Haute Prêtresse de mes mains après lui avoir arraché la vérité, après l'avoir faite agenouiller devant la Pucelle. La Brume perdra ses pions. J'arracherais sa tête, la délivrance de ce monde se verra faite au nom de Dame Destinée. Les gens ne croiront plus en cet endroit figé, ils voudront à nouveau s'en échapper et vivre ce qui les attend depuis maintenant bien trop longtemps. La Dame de Poisse sera là pour les guider. Je n'abandonnerais pas, peu importe ce que l'on me fera payer. La Brume jamais plus n'émettra en moi le moindre doute sur le Lien que je possède et je ferais toner la Voix de la Pucelle si fort que le vent de ses ordres balayera son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Force Rouge

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Re: Déchéance déveine - Calice Khôl    Mar 11 Fév - 18:52

"Mon crâne se mit à tambouriner si fort qu'il en sortait presque une mélodie rythmée,
celle de ces grands soirs d'orgie que nous organisions jadis."





Quelle pétasse.

Je revenais de cette entrevue en colère et en même temps complètement désœuvrée. Cette vieille peau de plusieurs siècles à l'allure de sirène devait être jadis une prêtresse de Sunie, de Sharess... Rah ou même de Cyric ! J'avais encore plus envie de la tuer, lui ôter la tête de son corps et prouver que j'allais réussir, que j'allais vaincre. Que oui, des millions de prêtres avaient dû tenter d'asseoir le pouvoir de leur divinité sur cette terre mais peu importe, je serai la victorieuse. Je serai celle qui ralliera les êtres sombres autour de Beshaba et Elle sera Reine de ce nouveau monde. Pourquoi personne ne peut donc y croire ? Pourquoi ?

Pourquoi cette mystique fonctionne t-elle ? Tout ça parce qu'on voit cette Brume. On la voit vivre, les gens savent qu'elle existe... Ils ont oublié Beshaba, parce qu'ils ne la voient pas. A travers moi, je leur rappelle Son Existence. Mais pourrais-je seulement avouer que je suis morte de frayeur ? Moi, prêtresse, je fus à deux doigts d'une toute puissance maintenant révolue. Je savais comment parler à la Déèsse, comment me concentrer, comment la sentir et accueillir toute Sa force. A présent cette Brume fait barage... Comme si elle m'obligeait, en effet, à passer par elle pour avoir ce que je désirais. Mais... je n'y arrive pas.

D'une, parce que ces cheveux violets sont atroces. De deux, parce qu'elle me dérange. Cette brume envahissante et vivante semble posséder tout le monde, dans le bien-être tout comme dans le mal-être. Je vivais sans elle autrefois, pourquoi n'aurais-je pas le droit d'y réussir à nouveau ? Cette Haute Morue m'exaspérait. Elle m'a dit que je lui ressemblais. En quoi ? Comment ? Pourquoi étais-je ici ? Ses paroles raisonnent encore dans ma tête, elles tournent et virevoltent, m'empêchent insidieusement de dormir. Je voulais la tuer, je le veux tellement. Elle doit, au milieu de ses multiples années d'existence, porter en elle tant de secrets. Je n'aurais pas à faire partie de leur secte pour les découvrir, je le jurais devant la Pucelle. Je serais la seule.

Je ne savais si ce qu'elle m'avait donné étaient de véritables conseils, ou une véritable machinerie pour me perdre davantage. Ou les deux. Pourquoi les gens s'étaient-ils tous ralliés à la brume et sa toute-puissance ? Seulement parce qu'elle était présente et visible ? Alors je n'aurais qu'à être présente et visible à mon tour pour faire venir s'installer Beshaba en ces terres. Dame Destinée pouvait-Elle vraiment exister à côté de la brume ? Pouvait-Elle la surpasser ? J'en étais convaincue par ma Foi... Mais pas par les faits. Je devais exécuter mon Destin pour le voir.

Ce soir là... J'enfouissais mes peurs au plus profond de moi. Je me concentrais sur la seule Crainte qui pouvait être érigée en surpuissance ; celle de la Pucelle. J'inspirais longuement les volutes des encens sacrés, mêlées à l'ambiance malsaine du Fumoir. Mon crâne se mit à tambouriner si fort qu'il en sortait presque une mélodie rythmée, celle de ces grands soirs d'orgie que nous organisions jadis. Les cris des fidèles. Les rires des drogués. Les bruits de festins immenses et de fornications débauchées au milieu des cérémonies volontairement démesurées. Le sang, le sacrifice, la douleur, les hurlements. Mon rire. Je voulais l'entendre m'assailir de Ses ordres, de Sa colère, de Sa haine. C'était la preuve de mon existence, Elle m'adoubait en m'offrant des buts ; devenir la prêtresse la plus puissante. Devenir la Sainte Porte-Poisse. Pourquoi cela m'avait échappé ?

J'avais cru La voir, ce soir là. Mais Elle m'échappa à nouveau. Sa silhouette se dissipa dans une brume noirâtre pour venir s'emparer de moi, s'enrouler autour de mon cou et essayer de m'étouffer. Elle s'énervait que je ne puisse comprendre plus vite. Voulait-Elle que je regarde ailleurs ? Puissante Beshaba. Afflige-moi de tes mots sévères. Perce mon coeur de ta rancune pour que je puisse les noyer dans un flot de sang. Je veux les faire souffrir en Ton Nom, avec Ta Force. Aide-moi à me concentrer... Guide-moi. Je ferais de ce Royaume une terre sainte. Je serai la première Prêtresse à trouver un moyen d'asseoir un des Cultes Oubliés ici-bas... Je prouverais à la Brume, ou ce qui se cache derrière, que j'ai le pouvoir et la volonté de réussir.

Mais est-ce que cela sera suffisant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déchéance déveine - Calice Khôl    

Revenir en haut Aller en bas
 
Déchéance déveine - Calice Khôl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche d'île] Royaume de la Veine (ex-Baterilla)
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ZOÉ&ALEXIANE ► until the very end l J7
» Détente aux Sources...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques de l'Antemonde :: RP :: BG-
Sauter vers: