Les chroniques de l'Antemonde

Forum du module de jeu Neverwinter Nights
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maureen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Maureen    Mer 8 Jan - 6:52


Maureen




Je me souviens de ce jour comme si c'était hier. Un jour qui avait démarré comme tant d'autres, mais qui changea ma vie, du moins son orientation.
Je suis issue de deux familles de sorciers. Avec leur ego démesuré, les sorciers ont souvent tendance à ne trouver personne d'assez bien pour eux … mis à part un des leurs. C'est idiot, n'est-ce pas ? Autant dire que j'ai toujours baigné dans la magie et que je vis très bien ma condition. Mes parents acceptaient mes dons et en étaient même fiers (ils auraient été capables de me balancer à la flotte si je n'en avais pas eus). Ils m'aidaient dans mon apprentissage. Non, je ne suis pas magicienne. Mais les sorciers apprennent aussi, vous savez. Seulement c'est différent et trop long à expliquer.

         Donc tout se passait très bien jusqu'à ce que mon père pète un plomb. Ce ne fut pas quelque chose de soudain. Non, c'était plus malsain que ça. C'était quelque chose qui l'avait gagné il y avait bien longtemps déjà, sans que ma mère ne s'en aperçoive, et qui grandit de jour en jour, jusqu'à le perdre complètement. Plus les années passaient, plus il devenait avide de puissance, s'enfermant régulièrement pour s'entraîner, se repliant sur lui-même, devenant froid et distant …
Je crois que ma mère savait ce qu'il était en train de se passer et qu'elle fermait les yeux. Par amour. Lorsque mon père lançait des sortilèges à vous glacer le sang dans un endroit de la maison pour ses entraînements, ou lorsqu'il revenait après avoir disparu des jours, portant des traces de magie malsaine sur lui, nous le sentions. Mais nous ne disions rien parce que nous l'aimions.
Mais un jour, tout se bouscula. J'étais alors adolescente et mon père avait décidé de ne plus m'ignorer, s'intéressant à mes dons. Nous étions dans la cave de la maison familiale, au cœur d'un rituel à vous faire dresser les cheveux sur la tête (les miens étaient littéralement dressés sur ma tête). Bon, je ne faisais pas grand chose, je n'avais pas la puissance. Mais il m'apprenait, heureux d'avoir avec lui quelqu'un qu'il pourrait former. Soudain, la porte vola en éclats et la silhouette de ma mère apparut au milieu d'une vive lumière qui nous aveugla dans la pénombre ambiante. Je n'avais jamais entendu ma mère si douce hurler de la sorte « Que tu te détruises, c'est une chose, mais que tu attires notre fille dans ta déchéance, c'en est une autre ! Maureen, viens avec moi ! ». Soufflée, je commençai à me lever lorsque mon père m'arrêta d'une main tandis qu'il se redressait lentement. Il se dirigea vers ma mère avec un calme effrayant et la balaya d'un revers de main, la faisant voler à l'autre bout de la maison. Il referma la porte d'un même geste et revint terminer le rituel. Cette fois, je ne restai pas pour les sensations grisantes que son enseignement m'apportait et pour voir la satisfaction dans son regard. Cette fois je restais parce que j'étais morte de peur. Ce n'était plus mon père, c'était un sorcier corrompu qui peinait à garder une part d'humanité. Je terminai le rituel en comptant chaque minute, m'inquiétant pour ma mère.

Lorsque la nuit tomba et que mon père s'absenta pour une de ses nombreuses missions mystérieuses, ma mère vint me réveiller « Prends ce à quoi tu tiens le plus, nous partons. Dépêche-toi. » Je pris une seule chose avec moi, une chose peu encombrante : une amulette sur laquelle était gravée un dragon, bijou que l'on se transmettait de génération en génération du côté de mon père. Ensuite je m'habillai rapidement et la suivis pour passer le reste de mes années dans un village le plus éloigné possible de la maison familiale. Je n'avais pas le droit de m'aventurer trop loin, ma mère craignant que mon père ne revienne me chercher pour développer mes pouvoirs vers une direction incertaine. Elle mourut peu après ma majorité, me faisant promettre de ne pas quitter l'endroit où nous vivions.

        Plus tard, alors que j'errais en m'ennuyant à mourir dans le village paumé qu'avait choisi ma mère, je me sentis partir lentement, et tout s'effondra autour de moi. Lorsque je me réveillai, j'étais sur Antemonde ... et franchement contente d'y être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Re: Maureen    Sam 11 Jan - 12:35

Une journée type de mon ancienne vie ? Ce n'est pas compliqué à trouver … elles se ressemblaient toutes. Du moins après la mort de ma mère. Je me lève tôt, comme toujours … Puis je nettoie la maison qui est déjà propre étant donné que le ménage est fait régulièrement … Ensuite je me lave, m'habille et prépare quelque chose à manger rapidement. Je sors de chez moi et me contente du strict minimum lorsqu'il s'agit de communiquer avec les villageois dont j'attire l'attention. Il s'agit d'ignorer les regards méprisants des femmes et les regards brillants des hommes.

Je me rends ensuite chez le bibliothécaire pour emprunter le livre du jour. Je le salue, rapidement, puis je me fais couper parce qu'il a l'habitude :
«  Encore un livre d'aventures, hein ?
_ Oui.
_ Je me suis permis de vous préparer la pile de la semaine ! Voici celui du jour.
_ Merci, vous êtes gentil.
_ Que pensez-vous de …
_ Je suis pressée, désolée.
_ Pour changer ... »
Je m'enfuis de la bibliothèque rapidement avec la seule chose capable de me faire m'évader de ma prison.

Puis je marche, je marche, je marche dans la campagne environnante que je connais comme ma poche. Je grave des choses stupides sur des troncs d'arbres avec ma dague, je fais des dessins avec des cailloux sur le sol, pour faire passer l'ennui … Je finis par m'allonger sur l'herbe pour méditer et travailler ma magie … avant de me lasser. Je rouvre les yeux, observant le ciel ensoleillé qui semble propager une gaieté non contagieuse. Puis je me lance un défi : garder les yeux fermés le plus longtemps possible pour les ouvrir et me rendre compte que la journée est bientôt finie … Mais quand je les rouvre, le soleil n'a pas bougé d'un pouce et il reste tout ce temps à tuer … Alors, soupirant, j'ouvre mon livre, la seule chose qui parvient à me donner le sourire. Le temps de quelques lignes, un monde imaginaire se dresse autour de moi et me fait voyager loin, très loin. Puis, brusquement, c'est la fin. Et le dur retour à la réalité.

Cette fois c'est le soir et le soleil est sur le point de disparaître complètement. Je me redresse empreinte d'une tristesse profonde. Je range le livre dans mon sac et marche quelques minutes, pour me retrouver devant une plaine désertique. Pas un pas de plus, surtout pas. Les autres ont le droit d'y aller, mais pas moi. Je le sens. Le sort puissant de ma mère dont j'observe les frontières. Un pas et je ne suis plus dissimulée. Un pas et il détecte ma présence. Et, toujours, cette tentation. La tentation de trahir ma promesse et d'avancer, de le rejoindre pour pratiquer la magie avec lui. Mais je ne cède pas. Je retourne sur mes pas et le temps de rentrer chez moi il fait déjà nuit. Je mange rapidement, me déshabille et regarde autour de moi. Non, il n'y a toujours rien à faire. Alors je vais me coucher tôt en priant les dieux pour que demain soit un autre jour. Mais ils ne m'entendent pas.

Antemonde est une bénédiction pour moi. Alors retourner chez moi, oui, mais à une condition … J'ai pour cela donné à Vladimir la chose la plus précieuse que je possède. Il en avait l'air sincèrement heureux et m'a remerciée de lui avoir donné une raison de vouloir quitter Antemonde. Une seule consigne : que personne ne mette la main dessus, et surtout pas son ami sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Re: Maureen    Dim 19 Jan - 10:13

Je tuerais pour que ce qui cogne dans ma tête cesse. C'est à la fois douloureux et épuisant. Je me sens vraiment faible. Je ne parviens plus à bouger. J'entends des voix autour de moi mais je ne parviens pas à distinguer leurs propos. Qu'est-ce que ça cogne … Pourquoi ça cogne ? Je me souviens …

Je venais de descendre les escaliers de l'auberge quand je croisai Vladimir qui me fit faire demi tour. Il avait quelque chose à me dire. Il referma la porte de la chambre, et, très sérieux, m'expliqua qu'il avait rencontré Edward qui lui avait proposé un marché et qu'il avait refusé pour un motif qui me glaça sur place. A ce moment-là, je me rendis compte que quelque chose clochait. C'était comme des volutes de magie devant Vladimir, comme une illusion … Mais il était trop tard. Un Edward au sourire inquiétant remplaça soudainement Vladimir et je n'eus le temps que d'entendre cette phrase, tandis qu'il pointait mon front du doigt « Parfait. Ça vient d'exploser. ».
La suite est beaucoup moins cohérente. Des trous noirs. Des bribes d'images, de conversations.  Je me souviens de quelques murmures narquois du vampire. Je me souviens du bal. Je dansais sans le vouloir. J'étais spectatrice de mon propre corps … la sensation était atroce. Le pire était sans nul doute mon esprit qui me trahissait complètement. Je me souviens d'une phrase avant un baiser « Ah, c'est le moment ... » puis d'avoir été transportée dans une demeure remplie de vampires. Ils saluaient tous « le maître » et me regardaient avec des yeux brillants d'une gourmandise terrifiante.

Je me souviens ensuite m'être retrouvée sur un lit sans savoir comment. Puis du moment le plus déplaisant de l'aventure. Des murmures que je n'oublierai jamais et une douleur qui restera gravée longtemps dans ma mémoire. Je me souviens de la perte de contrôle du vampire au goût de mon sang magique, de mon dos lacéré et de mon cou déchiqueté. Je n'avais plus qu'une seule envie : mourir pour que tout s'arrête. Si la scène a été l'une des plus courtes de l'histoire, j'avais l'impression que chaque seconde durait des heures. Je poussai des hurlements silencieux en réponse à la torture infligée. Je n'oublierai jamais.


Puis, quelques temps après, ils vinrent. J'étais trop faible pour tout entendre et comprendre, je me souviens simplement d'Edward qui a proposé l'échange qui l'intéressait depuis le départ : il voulait Emma. Il était obsédé par elle. Visiblement, elle avait pris le risque de venir en personne. Des personnes étaient venues pour moi. Je n'aurais pas cru.

A présent, même si je sais que je ne pourrai pas éradiquer d'un coup la faiblesse générale que je ressens, j'emploie le peu de forces qu'il me reste. Dans un ultime effort, j'ouvre les yeux et je m'extraie de l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Re: Maureen    Mer 29 Jan - 8:56

On m'a conseillé d'écrire un journal pour ne pas oublier.
Je suis actuellement complètement perdue. Shem m'a fait remarquer qu'il voyait mes efforts de sociabilisation, auprès des autres. Je croyais que la chose était réglée, mais les rapports humains sont plus compliqués que ça. Je croyais avoir cerné tout le monde, avoir trié les connaissances qui m'intéressaient. Et je me rends compte que pas du tout. Ces derniers jours mes discussions ont tout remis en cause. Finalement je me rapproche de ceux qui ne m'inspiraient que le mépris. Pendant ce temps les autres s'éloignent.

Deux personnes occupent particulièrement mes pensées en ce moment. D'une part le paladin Beaumarchais, qui, à son insu, m'a laissé entrevoir un point commun important. Chose assez rare chez moi, j'ai envie de l'aider. Peut-être pour incarner ce que je recherche, pour m'aider moi-même ? Peu importe. Son cas me touche particulièrement. Je ne suis peut-être pas un monstre qui manque d'empathie, finalement !

Ensuite Shem. Nous travaillons beaucoup mais notre dernier échange n'était pas du travail. Ce très long moment m'a laissée entrevoir des perspectives que je n'imaginais pas. Je revois notre échange qui me perturbe plus que je ne le voudrais. Je suis partagée entre espoir et méfiance. Alors je me repasse chaque mot en tête, chaque geste, chaque expression. Mais le recul ne m'aide pas. J'ai peur d'abaisser mes barrières et de faire une chute de plus. Je ne sais pas si je le supporterais. Je me sens comme une jeune femme à l'eau qui tente désespérément de s'accrocher à ce qu'elle peut trouver et qui flotte. Mais moi, je cherche ce qui me permettrait de rejoindre la rive. L'ai-je trouvé ? Au moins, grâce à lui, j'ai moins peur de quitter Antemonde. J'ai des projets. Un but.
Et pour ça, il va falloir travailler dur ... Je serai la plus grande illusionniste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Re: Maureen    Sam 1 Fév - 12:58

Ce qu'a fait Cléante m'a beaucoup énervée. Beaucoup. Ce sale petit enfoiré a dit aux gardes que j'avais peut-être participé à l'attaque de l'Alcade. Il a failli causer ma mort. Je le déteste. Je le hais. Après avoir été disculpée grâce à Jean-Yves, je suis allée discuter avec Shem, espérant penser à autre chose. Puis je suis retournée dans ma chambre pour dormir un peu. Impossible. Je me tournais, me retournais dans mon lit, dévorée par la rage que je ressentais. Je ne me voyais pas, mais je le sentais. Je sentais que mes yeux étaient de nouveau rouge vif pendant qu'ils fixaient le plafond. Je sentais chaque pulsation de mon cœur, faisant circuler le sang dans mes veines. Non, impossible de dormir. J'étais bien trop énervée.

Je m'habillai donc rapidement et pris une gondole, laissant le hasard choisir ma destination. Par chance ou malchance j'arrivai sur l'île boueuse. Vladimir m'avait prévenue que c'était un repère de bandits, mais sur le moment ça m'était parfaitement égal.
Je marchais en me concentrant sur ma respiration, dans un calme ambiant qui ne parvenait pas à m'apaiser.
« Instable ». Il m'avait qualifiée d' « instable ». Moi qui maîtrise parfaitement mes pouvoirs et mets mes émotions de côté pour plus de stabilité. L'imbécile. Tout d'un coup, je me heurtai à un individu que je ne connaissais pas.

Absorbée dans mes pensées, je n'avais rien vu venir. Pas de chance, pour lui ou pour moi, il me menaça ouvertement. Je tentai la discussion … en vain. Tandis que la colère m'envahissait complètement, je parvins à lui laisser une ultime chance avec beaucoup de poésie « Écoute, ducon … maintenant tu poses ta dague et tu me lâches ou je ne réponds plus de rien. »  
Il fonça sur moi. Le reste se passa en trois secondes, sans que je comprenne ni ne maîtrise parfaitement, sur le coup. Je ressentis une bouffée de rage m'envahir et mobilisai toute ma puissance. Je n'avais qu'une idée en tête : lui créer l'illusion de sa vie. Un cauchemar sur mesure. Je voulais le voir me supplier en pleurant. Mais l'effet dépassa mes attentes, et tandis que mes mots en draconique fouettaient l'air, je vis sortir de mes mains un cauchemar sans nom foncer sur mon agresseur. Indescriptible. L'homme écarquilla les yeux de terreur et mourut sur le coup.
Sous le choc, je m'éloignai rapidement, la démarche un peu maladroite.

Je venais de faire sauter la barrière instaurée et de ressentir pleinement des émotions. J'y avais gagné en puissance. Shem avait raison : les émotions sont nécessaires. De nouveau dans mon lit, je ne dormis pas mieux. Au contraire. Mon esprit était torturé entre satisfaction et horreur. J'avais adoré lancer un sort de mort. Lorsque le flot de larmes se fit tellement dense qu'il me força à fermer longuement les yeux, je parvins enfin à m'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Re: Maureen    Dim 16 Fév - 9:39

Ça fait un moment que je n'avais pas écrit. Un événement ... un événement ... oui ! Mes illusions sont devenues si convaincantes qu'elles sont devenues ... réelles. Palpables. Au début ça m'a un peu effrayée, mais maintenant j'entrevois toutes les possibilités. J'ai déjà dit que je voulais devenir la plus grande illusionniste d'Antemonde ? Ah, oui.

Deux tentatives de meurtres plus des menaces. Les insultes achevèrent de me faire péter les plombs. Avec l'aide d'Avi, j'entraînai ce petit con de Cléante sur une autre île, loin de Lacustrum. J'étais folle de colère. Le fait que ce soit un sorcier n'y était pas pour rien non plus. Ça m'énervait encore plus … Les sorciers sont des enfoirés.
Nous arrivâmes sur la plage de l'île hantée. Avi me tenait Cléante au sol tandis que je lui lançai un sort d'illusion. Je n'avais qu'une envie : lui faire regretter ses gestes et ses paroles. Me faire respecter. Lui faire payer. Je lui fis alors voir ce qu'il redoutait le plus de voir. Un cauchemar sur mesure que personne d'autre que lui ne voyait et qui le terrifia au-delà de mes attentes. Le sorcier se transforma en loque elfique, hurlant et gesticulant dans tous les sens, fuyant une menace invisible qui le conduisait à son humiliation et à sa soumission. Il se jeta aux pieds d'Hilizil en la suppliant de l'aider, les larmes aux yeux. Hilizil ? Tiens, oui, elle était là. Je l'entendis me traiter de monstre et vis la douleur et la colère dans son regard. Je mis fin au sort. Lorsque je détachai enfin mes yeux de Cléante, je me rendis compte qu'Augustus et Shem étaient aussi présents. Ce qui était le plus frappant, c'était la différence de chaque regard. Hilizil était horrifiée, Augustus arborait un air sadique et satisfait, Shem me lançait un regard appuyé plein de soutien et Avi tentait de conserver un air neutre, mais semblait gêné.
Certains pensent que j'ai perdu le contrôle ce jour-là. Seul Shem sait que non. Tout était parfaitement maîtrisé du début à la fin, car, ce qu'ils ne savent pas, c'est que cette illusion aurait pu le tuer. Je l'ai maîtrisée jusqu'à la fin, jusqu'au dernier moment je lui ai évité la mort.
Je suis rentrée à Lacustrum troublée, regrettant mes gestes. Est-ce que je regrette maintenant ? Non. Il fallait le faire.

Shem s'est montré irréprochable et a été d'un grand soutien, comme toujours. Notre lien est plus fort que jamais.
Mais ce qui m'étonna ce soir-là c'est que j'avais envie d'en parler à quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui restait dans l'ombre à m'observer et dont la faux menaçante était devenue une précieuse alliée. Il m'a dit qu'il compte briser le mur. Je ne sais pas s'il se rend compte qu'il a déjà enlevé pas mal de pierres ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Pale
Admin
avatar

Messages : 390
Date d'inscription : 02/08/2013

MessageSujet: Re: Maureen    Lun 24 Mar - 14:37

Après m'avoir blessée, il m'a effrayée puis piquée au vif. Une redoutable combinaison.
La question du paladin me fit l'effet d'une violente secousse. Elle me rappela mes nuits de cauchemar, de réveil en sueur. Cette douleur extrême, la sensation de devenir folle et la vision qui se brouille. Il se permit même de me menacer. Répliquer à la violence verbale par la violence physique … c'était tellement navrant … Hilizil me provoqua en duel. Sans prétention, j'étais certaine de gagner. Alors que je commençai déjà à rassembler de quoi l'étaler d'une boule de feu, je renonçai. Non, ma colère n'était pas dirigée contre elle. Je ne souhaitais pas assumer le corps carbonisé de l'elfe. Je ne suis pas comme ça.
Mon refus énerva Beaumarchais. J'avais l'impression qu'il faisait tout pour que je perde pieds. Sérieusement, je me le demande encore. Le fait-il exprès ? Il me menaça, je le menaçai en retour, sans vraiment le penser. Mais les mots allèrent loin et j'enchaînai les atrocités que je disais dans l'unique but de le toucher, y allant de plus en plus fort. Je vis aussi son regard. Il avait regardé Endrick avec une haine et une telle avidité de destruction ... Non. Ça, vraiment, il n'aurait pas dû. Je ne l'ai pas relevé sur le moment, je me suis contentée de les écouter et de noter secrètement ce que j'avais vu. Je ne le laisserai pas passer.  Il fit alors sa déclaration de trop. Celle qui a touché l'ego : « Vous n'en avez pas les moyens ». Vraiment ? C'est ce que nous allions voir.

Je suis Maureen, issue d'une longue  et noble lignée de sorciers réputés. Et si je m'efforce de ne pas suivre l'exemple familial, on ne me menace pas impunément. Je n'aurais certes aucune chance en duel, mais j'ai plein de tours dans mes manches. Je n'extermine pas mes ennemis à coups de boules de feu dans une arène. Ça, c'est pour les mages. Moi je prends tout mon temps et fais en sorte que l'ennemi se batte contre lui-même. Il n'y a rien de pire. J'ai déjà vu dans son regard l'étincelle apparue dans celui de Cléante.

Bienvenue aux portes de la folie, Beaumarchais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antemonde.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maureen    

Revenir en haut Aller en bas
 
Maureen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Week-end en "amoureux" [PV Maureen][T]
» Pour la première fois... [Libre]
» Là-bas, au Connemara... [PV Maureen et /!\ Contenu explicite][Terminé]
» [2000]Paris perdu, rendez-vous galant de mauvais goût [Izlaya/Alan/Maureen][Terminé]
» Plein Gaz ( de pot d'échapement ) par Jane Aden [Non terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques de l'Antemonde :: RP :: BG-
Sauter vers: