Les chroniques de l'Antemonde

Forum du module de jeu Neverwinter Nights
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hilizil Oon'is

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 10 Fév - 13:21

« Que restera-t’il de tout cela
Hormis le goût amer des cendres…
Et la douleur à pierre fendre ? »

« C’est joli.
- Qui êtes-vous ?
-  D’après toi ? »

Un rire masculin aux harmoniques claires, presque enfantines résonna aux oreilles de l’elfe.  Elle regarda les vagues, puis le sable.

Personne.

«  Ça y est, je deviens folle…
- Non. Juste que, pour la première fois de ta vie, tu daignes écouter. J’ai failli abandonner tu sais ?
- Oh  et puis je savoir ce qui me vaut cet insigne honneur ?
- Impertinente ! Mais ce n’est pas une chose mauvaise en soi : elle peut être source de créativité…
- Vous êtes là, dans ma tête, pour me parler d’art ?
- C’est un sujet que j’affectionne… mais non. Crois moi j’ai du outrepasser bien des réticences… déjà, tu m’as purement et simplement ignoré. Ensuite, mon épouse n’était pas trop d’accord pour que je vienne te voir. On la comprend : tu es très belle, sais-tu ?
- …
- Oui je sais, tu déteste que ce sois le premier compliment qu’on te fasse. Mais c’était pour t’expliquer. Ordinairement, les belles demoiselles… Hem, passons, ce n’est pas ce qui m’intéresse aujourd’hui. Es tu prête à m’écouter, cette fois ?
- Vous ne m’avez jamais parlé.
- Si. Deux fois. Mais tu n’étais pas disposée à entendre. Bon… les deux fois, tu te noyais. Je t’ai quand même filé un coup de pouce.
-Pourquoi ?
- Parce que je t’aime bien. Tu possèdes nombre de qualités que j’apprécie au plus haut point. Tu es déterminée, créative, perfectionniste.  J’aime les perfectionnistes. Ceux qui ne sont jamais satisfaits d’eux même, ceux qui continuent à chercher, à faire mieux. Si on ajoute à ça ton sang et tes sujets de prédilection,  je dirais… que nous avons beaucoup en commun.
- Qu’espérez-vous ?
- Que tu continues, mais en ayant conscience que tu me sers.
- Je ne suis pas prêtresse. »

Le rire retentit à nouveau, irrésistible. Et la jeune fille se dit que n’importe quel homme qui aurait ri ainsi aurait ravi son cœur en l’espace d’un battement. La fluide et joyeuse séduction faisait son œuvre.

« Tu vois que tu sais qui je suis ! »

Une chaleur  l’envahit. Celle que l’on ressent quand on réalise qu’une vieille connaissance est en fait devenue, progressivement, un ami proche.

«  Il n’y a pas que la liturgie dans la vie. Et tu n’as effectivement pas ce qu’il faut pour faire une prêtresse. Mais il ya dix mille façons de me servir et le prêche n’est que l’une d’entre elle. Je veux que tu prennes conscience de ça.
- Quand ne vous ai-je pas vu ?
- Quand tu étais petite, avec ta cheville en miettes,  je t’ai aidée à surnager avant que les secours ne viennent…
- Je croyais l’avoir rêvé.
- Beaucoup plus tard, au large de Chessentah, tu es tombée sous le navire, près des récifs… là aussi j’étais là. Tu n’as vu que la manta. J’étais juste à coté. Je veillais. Au fait, ravissant tatouage.
-…
- Tu te souviens maintenant ?
- Oui.
- Et puis il y a quelques jours, je t’ai entendue. Tu pleurais, tu te noyais, une fois de plus, mais dans les tourments de ton chagrin. Les larmes te submergeaient comme des vagues. Alors je suis venu. J’ai fait des signes que tu n’as pas vu jusqu’à…  aujourd’hui.
- Je ne le mérite pas.
- Arrête de penser cela. C’est ce qui te limite. »

L’elfe rouvrit les yeux, face à l’eau. Dans sa main, la perle qu’elle avait trouvée semblait luire et bleuir...
« Quand ce qui noie menace, il surgit des profondeurs. Il est le recours inattendu, celui qui rit dans la tempête et joue dans le combat. Son art étincelle. Sa beauté vous foudroie. Son rire claquète comme le cri d’un oiseau.  Ouvre-moi ton cœur, jeune barde !»

Alors elle céda. Elle se sentit défaillir. Quelque chose de trouble l’envahit qui n’était pas une douleur mais y ressemblait.  Elle tomba inanimée sur le sable…

***

Les écailles avaient changée. A l'argent et le bleu se mêlait à présent de fines touches de rouge corail et d'or.  Elle ne s'en formalisa pas. Elle savait, maintenant.

Ses cheveux avaient poussés. Ça aussi, elle ne s'en formalisa pas. Pas plus que l'impression étrange que ses traits, malgré leur aspect toujours juvénile, affichaient un on ne savait quoi de plus mature.

Elle s'en fichait. Elle se sentait comme amoureuse. A la différence de ce que la chair était hors de question. une trille joyeuse lui échappa.

Elle danserait, malgré sa cheville. Elle surmonterait cela, fut ce en ayant mal. La douleur ne l'effrayait plus.


Dernière édition par Elseneur le Lun 10 Fév - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 10 Fév - 13:34

Edit caractéristiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mer 12 Fév - 13:53

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

L’image que me renvoie mon miroir ne me fait plus peur. Tant pis si je ressemble  à ma mère. Surtout avec ces cheveux. Les gens me dévisagent ces temps ci.  Je n’en ai pour le moment parlé qu’à un seul.

J’ai du mal à revenir sur la terre ferme, je crois. Elle me pèse, quelque part. Ce n’est pas très grave, Je  m’en accommode. J’ai fait face à pire. Tant que je puis nager et chanter, tout va bien.
J’ai envie de le dire à tout le monde. En même temps… pas tout de suite. Juste le temps de m’y faire, de m’y habituer, de le goûter comme un plaisir secret. Puis je pourrai faire ce qu’il attend de moi. Je sais qu’il comprend.


[…]

J’ai décidé d’apprendre l’Aquatique. Par ailleurs je suis vraiment très intéressée par le temple sous marin accessible via le puits de Bibelot. Les créatures qui y vivent se sont révélées agressives.  Augustus dit que ce sont des sahuagins. Mais je ne leur trouve pas grand-chose de squales, avec le recul. Je pense plutôt à des Kuo-tas. Quoiqu’il en soit, ce sont définitivement des ennemis.

[…]

Jamais je n’aurais cru un jour qu’une rupture violente puisse être pour moi une telle chance. Cela reste bien sûr douloureux. Ca le sera toujours. Mais j’ai beaucoup pensé et je dois admettre que les choses sont ainsi pour le mieux.  Si mes vœux s’étaient alors réalisés, je n’eus pas pour autant plus trouvé le bonheur.  C’est un travail sur soi.  L’amour qui n’est qu’une béquille ne peut pas tenir debout.  Il faut apprendre à marcher avant que de courir.

Et puis cela m’a ouvert le cœur.

Alis est une fille bien. Elle saura le cadrer, gérer ses sottises. Pas sûr que j’aurais su.  J’éprouve une certaine amertume la concernant. En d’autres circonstances, nous serions devenues amies. Je doute que cela soit encore possible, hélas. Mais il est inutile de se flageller.


[…]

Le voir rire ne me semblait pas être possible un jour. Je ne saurais dire à quel point ce fut pour moi un immense plaisir. Sa femme nous a liés d’une façon très particulière. Depuis combien de temps un homme ne m’a-t-il serré dans ses bras sans la moindre ambigüité ? Plus depuis la mort de Grand père, je crois.  C’est étrangement agréable. En même temps cela me gène. Je ne gère pas très bien ce genre de choses.  Liés oui. Mais en même temps avec une étrange barrière de verre entre nous. Peut être est ce pour le mieux.

[…]

Le comte a reparu. Plus puissant, plus motivé que jamais. Beaumarchais a rencontré sa maitresse. Ce qu’il m’en a dit m’a intrigué. Avons-nous croisé la même femme ?

Depuis que je ne suis plus seule, j’ai moins peur de lui, mais quand même. La fascination, elle, est entière.  Ce n’est pas une bonne chose qu’il m’intéresse autant. Pourtant, il est clair que la force brute ne suffira pas à le vaincre.  C’est en outre un esthète. Je suis donc bien placée pour tâcher de le comprendre. J’ai la conviction que de cela jaillira la lumière.

Même si au fond, ce que je voudrais vraiment, c’est qu’il renonce à ses monstrueuses chasses et redevienne un homme, au lieu d’un simple prédateur. Je n’ai pas envie de devoir un jour contribuer à sa perte. Pourtant, cela semble inévitable.

Cet homme puissant, depuis si longtemps, a du accumuler la connaissance. Ce serait si dommage qu’il faille le voir mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Ven 14 Fév - 13:02

"Savez vous comment naissent les perles ?  Un petit grain de sable blesse un mollusque, et donc, celui ci sécrète de la nacre pour adoucir sa douleur. Il la pleure, littéralement. Et de cette douleur, de ces larmes, nait une beauté qui le soulage et nous émerveille... On ne peut rêver plus belle allégorie de l'oeuvre d'art. "


***
Petite chose blanche suspendue dans l’eau de plus en plus sombre, l’elfe ne lutte plus.  Ses yeux grands ouverts regardent vers la surface. Elle ne voit plus le navire. Un récif mal repéré a suffit à la faire passer par-dessus bord. Râpée sur les rochers, à demi assommée contre le bois de la coque, le petit corps fragile n’en finit pas d’agoniser  au milieu de l’immensité bleue. Sa semi conscience prend acte du fait.

« Je vais mourir. »

Tout devient alors très lent. Du moins cela parait il ainsi à la cervelle elfique. La douleur s’estompe.  La haut, à travers les vagues, le soleil miroite et offre  un des plus beaux spectacles qu’elle ne verra jamais.

La manta passe alors. L’énorme aile blanche et mouchetée éclipse la lumière. Le flux de son passage fait tanguer la jeune fille.

Il y a quelqu’un.  Quand beaucoup plus tard elle racontera  ce qu’il s’est passé dans une taverne côtière, sa mémoire confuse occultera le fait.  Pourtant il y a quelqu’un. Et  c’est cette sensation trouble qui la sort de sa torpeur. Le corps se révolte soudain contre son sort, les réflexes de nageuse émérite reviennent. Est-ce une idée ou quelque chose la pousse ? Elle pensera longtemps que ce devait être un courant turpide suite au passage du navire et oubliera la curieuse sensation d’un rostre la soutenant…

Elle émerge… manque de retomber, à bout de force, mais de solides mains d’hommes la saisissent, la sortent. Ça aussi elle avait oublié…

« Tudieu ! »
La voix du pêcheur est rocailleuse de tabac et d’alcool. Mais elle est bienveillante.
« Elle est belle ! Elle est morte ?
-  Non. Les dieux sont avec elle. Tourne la plus. »


Maintenant elle se souvient : De solides coups sous le sternum la forcent à cracher toute l’eau de ses poumons. Les plus jeune des deux pêcheur aimerait manifestement bien en savoir plus sur la jeune fille mais il se conforme à l’attitude de son aîné : on ramène à terre, on indique l’auberge et le dispensaire au besoin et on laisse l’elfette sans poser de question. Des taiseux.  

L’elfe rouvre les yeux. Le souvenir parait déjà si loin. Elle caresse la perle ovoïde au grain irrégulier qu’elle n’enlève plus de son cou.

« Merci… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Dim 16 Fév - 10:55

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Ils ne comprendront sans doute jamais.  Je ne supporte pas la cruauté. Surtout venant de ceux que j’aime.

Je ne pouvais pas ne rien dire. Je viens en aide aux miens. Même quand c’est un être aussi désagréable que Cléante. Et puis la mort doit être propre. « Mentalité de Sociopathe » dit Avi. C’est possible. Mais les flux de souffrances et les reflux de vengeances s’auto entretiennent et sont en grande partie responsables des horreurs de ce monde et des autres. Je suis peut être une sociopathe « utile ».

Il m’a dit un jour que j’avais le défaut de vouloir sauver tout le monde. Oui Avi, j’ai ce « défaut » qui est la marque de celui que je veux servir. Je ne vais certainement pas en avoir honte.

Qu’importe ce qu’ils en pensent. Je suis mon courant.


[…]

Je suis arrivée en retard à la fête et n’ai pas pu chanter. Voilà une chose que je déteste. Mais vu ce qu’il s’est passé, je crois que ce n’est pas le plus désagréable de la soirée. J’ai été en partie « muette », Avi , qui draguait tout ce qui bougeait, s’est montré des plus « tactile » avec moi, ce qui, eut égard à l’état de nos relations, fut ni plus ni moins qu’un coup de couteau dans une plaie encore mal fermée. Il y a encore quelques mois, cela m’aurait mise à genoux. Mais le « Maître » a raison. Je suis plus forte.

Capuche semblait particulièrement gênée. Elle a montré un visage plus intéressant, du coup. Son coté "dame de fer" m'agaçait particulièrement.

Pauvre Nélion ! je l'ai giflé à cause de ce qu'il a dit mais il n'était pas responsable. Il faudra que j'aille lui dire un mot gentil...


[…]

Le comte est en vie ! Je ne sais qu’en penser. Celle en moi qui craint pour les siens et hait son mode de vie le regrette un peu.
Mais  je ressens  aussi une forme de soulagement dont j’ai honte. Est-ce parce qu’il a croisé Falathar  et détient probablement encore certaines réponses ? Est-ce sa façon toujours d’une exquise politesse de me saluer, même quand il se propose de me faire la chasse ? L’impression d’un lien entre lui est moi se renforce. Je n’aime pas cela. Je n’aime pas sentir que son désespoir me touche.  Je ressens avec violence le désir de le « sauver ». Mais voilà, il est très probable que cela ne soit pas possible.

J'étais contente quand même qu'Avi l'ait vaincu.

Il voulait que je le laisse tomber face à Tzarov... Avi, tu ne sais pas ce que tu me demandes.


[…]

Emma a été cruelle avec mon ami. Si elle n’a pas tort sur le fond, elle ne semble pas comprendre qu’elle se fait ainsi  l’agent de la sorcière dont le but n’est plus ni moins que la destruction du paladin. C’est un peu facile de tout mettre sur le dos de Martin. Cette vieille peau a quand même d’elle-même décidé de tuer ces gosses et se dédouane d’une culpabilité qui est entièrement sienne.

Je n’accepte pas.

J’ai fait de mon mieux pour protéger l’esprit de mon ami pendant son sommeil mais ça n’a pas suffit.
J’espère qu’Avi n’aura pas eu d’ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 17 Fév - 8:41

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.


Le concert chez les cannibales est repoussé. Je déteste ce genre d'imprévu qui me tord les entrailles. Décidément, tout va mal

[…]

Je me sens terriblement seule. Mon doux Seigneur m’a-t-il abandonnée ? Je n’ai pas le droit de le penser. L’histoire que j’ai contée  soulignait notre incapacité à voir les signes dont le monde regorge. Ou sont ceux qui doivent me guider ?

[…]

Avi  me manque. Une autre prend petit à petit ma place auprès de lui. C’est juste, c’est mieux. Mais j’en souffre quand même. Il s’est excusé pour la fête. Je n’écrirai pas ce qu’il m’a dit. Je suis peut être moins sujette que les humains à la brume mentale, mais si elle peut me faire oublier cela, ce ne sera pas un mal.

[…]

Il chute ! Il chute et je me sens totalement impuissante, comme si je devais retenir tout le poids de son armure en train de basculer dans un gouffre sans fond.

Des gens s’acharnent à le juger. Mais par la Seldarine ce n’est PAS le moment de le juger ! C’est le moment de lui tendre la main et de le ramener vers le bord ! On jugera plus tard !

Pour la première fois j’envisage l’échec. Il me glace. Oh Justine, pardonnez-moi : j’avais promis de le protéger mais je n’y arrive pas.


[...]

J’ai accepté une proposition donc j’espère que je ne vais pas amèrement la regretter. Mais s’il est « correct », peut être que ça vaudra le coup. Je reste méfiante. Après tout, je ne le connais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mar 18 Fév - 13:30

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Il a écouté ! Il a enfin écouté !  Je suis épuisée physiquement et nerveusement. J’ai eu si peur.


[…]


Ai-je bien fait de lui en parler ?


[…]


Je les regarde et je les aime. Bien sûr, j’aurais toujours le souvenir doux amer de ses baisers, comme une marque au fer rouge. Je ne serai jamais neutre vis-à-vis de lui. Mais je ne suis pas aussi jalouse que j’aie pu le redouter. J’arrive à trouver quelque chose de doux à être là, à coté d’eux. Parfois c’est plus difficile, mais j’y arrive.

Un enfer pavé de bonheur ? Un paradis cerclé de douleur ? Je ne saurais dire.

Bien sûr, ce sont des choses que je ne peux pas leur dire. Elles m’appartiennent. Je n’ai pas l’obligation de m’ouvrir la cage thoracique pour leur exhiber ces fils intimes entremêlés bien au chaud comme dans un cocon. Je ne suis même pas certaine qu’ils comprendraient.

Moi-même, je ne comprends pas. Mais je sais que ça va mieux comme ça. J’ai été à coté d’eux. J’avais mal. J’étais bien quand même. Je retisse quelque chose, une forme de lien ténu. Je ne leur demande rien d’autre que de continuer à exister tels qu’ils sont.

Avi surtout. Change pas, Avi. Tu me fais chier mais je t’aime comme ça.


[…]


Ce fou de Nys se met la quasi intégralité des aventuriers à dos. Il titille tout le monde, envenime les querelles, se moque de ceux qui vont mal.  Avec toujours ce sourire insupportable sur la figure.

S’il ne comprend pas qu’il faut qu’il cesse de se comporter en sale gosse, il va s’en mordre les doigts. La seldarine sait que je suis très loin d’être la plus dangereuse de ceux qu’il met en colère…


[…]


Pas de nouvelle de mon contact. Je ne sais ce que je dois en penser. Je vais meubler le temps avec mon rapport sur Elzéchior que mes autres travaux ont retardé. Kunoeil sort de plus en plus souvent. Il me fait l'effet d'être toujours chétif. J'ai du mal à percevoir s'il a vraiment grandi. Mais son comportement, lui, s'enhardit de jour en jour. Il a fait peur au chien d'un voisin tant il est agressif ! Quel courageux petit matou !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mer 19 Fév - 11:06

Le jeune chat trônait sur le lit puisque même couché, un chat trône. Il couvait de son unique œil énamouré le centre de sa vie. Il l’observait avec d’autant plus d’affection qu’il percevait les tensions intérieures de l’elfe. Sa queue battait la mesure, marquant sa nervosité  en écho : Sa maitresse n’allait pas bien.  Elle avait tenté plusieurs fois de se reposer, à la façon des siens, sans y parvenir. Elle était pourtant épuisée et à bout.

La longue conversation avec Martin avait été cependant fructueuse.  Elle commençait à comprendre certaines choses. Hilizil n’était jamais plus fine que quand elle laissait ses intuitions la guider.  Mais cela lui était difficile.  L’une des raisons était son éducation : elle avait été élevée dans une famille de mages pour lesquels une froide logique analytique et une méthodologie stricte formaient le socle  de tout travail intellectuel digne de ce nom. Si cela lui avait apporté d’excellentes bases en matière de raisonnement et de culture, elle en avait très vite expérimenté les limites. Et elle butait fréquemment contre.

C’était peut être ce qui l’avait empêchée tout ce temps de mettre les doigts sur le nœud du problème de Martin.

Si, Grand père avait vécu, si elle avait été envoyée à Suzail, comme prévu, pour y suivre l’enseignement d’un autre barde, au lieu de s’en bricoler un avec les leçons de sa tante, nul doute qu’elle aurait, bien plus tôt, appris  à tirer le meilleur d’un esprit qui s’épanouissait pleinement  dans la fluidité. Au lieu de cela, la logique, de gouvernail, lui était devenu un carcan étouffant.

Car sa cervelle ne fonctionnait pas comme un modèle mathématique. Plutôt comme une soupe qui mijote longuement avec  des ingrédients (pas n’importe lesquels non plus) ajoutés dans un ordre aléatoire. En quelque sorte, elle réfléchissait sans se rendre compte qu’elle réfléchissait, alors même qu’elle partait sur totalement autre chose.

Par exemple, durant la conversation avec Martin, une autre lui était revenue en mémoire, sur l’inutilité d’user de soin magique sur une céphalée lorsque celle-ci était due à une dilatation des vaisseaux sanguins. Ce souvenir provoqua comme un déclic et indiquait un commencement de stratégie possible. Devant un problème ou la logique échoue, il faut commencer à envisager des solutions inédites. Et là-dessus elle avait un avantage : elle était créative.

Il fallait vraiment qu’elle se repose. Les calmants ne fonctionnaient qu’avec difficultés sur elle. Les gens du dispensaire lui avaient fourni quelque chose de plus fort. Trois jours qu’elle n’avait pu entrer en rêverie !  Cela commençait à se sentir. Elle prit la potion, et s’installa en tailleur. Kunoeil vint se loger contre elle. Elle sentit le calme enfin l'envahir.

Le long déroulement des souvenirs sous son front se poursuivait, fluide. Il est vrai que les elfes n’ont aucun contrôle sur quelles scènes ils revivent ainsi. Et Hilizil en revivaient qui  ne lui agréaient pas. Il est cependant à noter que, de même que les rêves humains, elles n’interviennent que rarement par hasard. Ce soir là, le subconscient d’une petite elfe tâcha de lui dire quelque chose. Quelque chose qui n’avait rien à voir  avec Martin, avec Emma ou même avec le concert chez les cannibales qui commençait à la soucier sacrément.

Non, ça avait plutôt à voir avec un certain « contact ». Elle se « réveilla» consciente du soupçons qui la traversait.  « Serait-il qui je pense ? »

Si c’était le cas, il lui faudrait être d’autant plus prudente…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Jeu 20 Fév - 14:20

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

L’expression « chanter sa vie » ne m’a jamais semblée aussi appropriée qu’aujourd’hui.  Avec les cannibales à moins de deux mètres de la « scène », j’ai réellement joué le fait de finir dans un chaudron ou pas. Je suis rentrée avec les jambes en coton et l’estomac noué comme je l’ai juste avant un spectacle, d’ordinaire.  Mais jamais après ! J’étais épuisée.

Avec le recul, j’ai de ma performance un souvenir mitigé. La première chanson était bien, même si elle n’a pas eu le succès escompté auprès du chef. Par contre, l’arrivée des retardataires a failli me déconcentrer. Heureusement, j’ai fait illusion. Mais j’ai quand même l’impression que ça a influé sur la qualité des  deux chants suivant, sans pour autant avoir à en rougir, mais…

Le chef n’était pas content. Il voulait de la magie. Alors j’ai donné tout ce que j’avais. J’ai juste livré une des meilleures performances de ma jeune carrière !  Je n’en suis pas moi-même revenue... j’ai réussi.

Par la suite, il m’a fallu négocier pour que Martin ne soit pas obligé de défendre sa vie au fil de l’épée. Je ne sais pas comment l’idée de leur offrir  « en souvenir » une mèche de mes cheveux m’est venue. J’ai agi d’instinct, suivant en cela les enseignements de mon Doux Seigneur. Manifestement, ça marche.

Je crois que je peux être fière de moi.


[…]

Discussion avec Avi sur la place et grosse gène de mon coté. Il a gardé toute son acuité en ce qui me concerne, ce qui est assez inconfortable. Et comme toujours dans ces moments là, je ne sais pas sur quel pied danser. Mais bon, je ne suis plus tout à fait la même et le chat échaudé craint l’eau froide. Je garde un minimum les pieds sur terre.

[…]

Mon ami est toujours perdu mais il n’est plus désespéré et c’est un mieux incontestable. C’est facile de parler avec lui. Il ne voit pas en moi le joli visage mais un être dont il apprécie l’esprit.  C’est reposant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Dim 23 Fév - 13:00

Le livre n’était probablement pas le plus complet qu’elle pouvait rêver. Mais il lui offrait tout de même la possibilité de réviser les notions de base de botanique.  
Nienna avait possédé une orchidée, bien que ses trésors chéris soient surtout les roses de la serre. Hilizil se souvenait de la veille attentive de sa tante  face aux floraisons aléatoires de cette plante fragile et capricieuse. La petite barde, elle, n’avait jamais développé cette passion pour le jardinage. Cela demandait une patience qui n’était pas alors la sienne. Semis et bouturage l’avait laissée froide. Cela dit, quelques notions lui étaient restées, ainsi qu’une vaste culture générale quand aux fleurs et autres.  Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas les faire pousser qu’on ne les apprécie pas.

En même temps que les noms lui revenaient, les parfums envahissaient sa mémoire : le réséda, la confiture de mûre…

Immense nostalgie du temps de son innocence.

Et puis la mort de Grand père… Elim… la main de l’elfe trembla tandis que les souvenirs récents imposèrent leur propre parfum… la violence et le sang. Le livre tomba tandis qu’elle se recroquevilla sur elle-même. Le cri montait à nouveau.

Des décennies auparavant, elle n’avait pas osé émettre un seul son. Le hurlement lui était resté fiché dans sa gorge. Il était sorti d’un coup lorsqu’elle avait vu le corps qui gisait, méconnaissable à force d’avoir été lacéré. Il était venu avec plus de quatre décennies de retard.

Alors elle se mit à écrire.

J’étais face à la tombe et la tombe parlait.
Ecrivait sur mon âme des mots doux d’encre noire
qui bavaient sous mon crâne un profond désespoir.
J’étais face à la tombe et la tombe parlait.

Sur mes joues impures de fille trop légère
A coulé les torrents éphémères du fiel
Et la tombe séduisante se voulait de miel
Pour mon cou tremblotant de fille trop légère.

Je lui ai dit qu’enfin elle pouvait bien me prendre
Elle peut bien me détruire, je n’y pourrai rien
Elle peut me briser en caressant mes reins.
Je le savais enfin. Elle pouvait bien me prendre.

Mais elle est impuissante à gagner mon sourire
Et mon consentement à un jeu bien cruel
Mon corps restera froid et mon esprit rebelle.
Car elle est impuissante à gagner mon sourire.

De ce qu’elle m’a fait, j’irai me nettoyer,
Cette tombe parlante au malingre courage,
Entre des bras gentils j’étoufferai ma rage.
Car de ce qu’on me fait, je puis me nettoyer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 24 Fév - 9:50

La neige se teinte de rouge, le fer crisse… Elle envisage un instant la fuite, mais elle voit son ami en difficulté.

Quelle folie s’empare alors d’elle, elle qui n’est en rien combattante ? Sont-ce les illusions du Maitre des fantasmes ou le reproche de Kaboki ? Elle ne veut plus fuir.

Elle n’est pas une petite chose fragile, ni un putain de gibier, ni une victime ! Elle refuse ce rôle !

Elle ne jouera PAS ce jeu pervers ! Elle ne fuira pas !

Alors elle fait face ! Elle esquive, elle tente de frapper. Mais par trois fois elle sent la morsure de la lame du Comte. Martin tombe. Elle reste debout : elle se bat.

Même si c’est sans espoir elle se bat. Qu’importe ! Elle est Hilizil Oon’is, d’une vieille lignée de fous têtus, chantre du Prince Dauphin et elle a bien l’intention de lui faire bien mal ! Elle frappe et  voit couler un peu de sang. Sa joie mauvaise l’aide à tenir bon : Jamais elle n’aurait imaginé pourvoir combattre  plus de quelques secondes d’affilée face à lui. Alors le toucher …

Jusqu’à ce que Maureen ait fini d’incanter : La boule d’énergie lui passe par-dessus l’épaule, elle en sent la vibration avant que le Comte ne s’écoule.

Une seconde de blanc avant que la raison ne lui revienne. La tentation de venir en aide au Comte… elle la fait taire : d’abord Martin, d’abord son ami. On remet le jeune homme sur pieds… la brume remmène le comte. Il oubliera ce qui lui est arrivé.

Elle en éprouve un certain désappointement. Elle aurait voulu qu’il se souvienne. Elle, une simple musicienne, elle a croisé le fer avec lui et elle l’a blessé !

Quelle folle ! Mais elle sait maintenant que Kaboki a raison : elle peut faire mieux que casser de la goule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Ven 28 Fév - 11:10

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Un peu de calme ne fait pas de mal. Ces derniers jours ont été riches en rebondissements. J’ai eu mes premiers heurts avec mon très cher ami Martin.  Il faut dire que l’attitude de ce dresseur donne effectivement assez envie de cogner. Mais la vie serait invivable si nous nous laissions aller sans réfléchir à nos pires instincts.

J'ai pas mal discuté avec Thor. On peut avoir des points communs avec un nain, comme une certaine difficulté à vivre notre solitude de non humains à Lacustrum. Nous avons été au temple de la Brume ou nous avons appris une foule de choses intéressante de la part d'un adepte. Leur mystique est séduisante. Je ne m'en méfie que plus.

***
J’attends de retrouver mon contact. J’ai ce qu’il voulait. La chance m’a donné un coup de pouce.

***
Avi navigue en solitaire. J’évite de trop penser à lui. Mais je revois sans arrêt en pensée une de nos dernières conversations. Je ne sais si c’est une chose qu’il a confié par besoin d’en parler ou s’il désire m’expliquer  le pourquoi de ce qu’il s’est passé entre nous. Quoiqu’il en soit, maintenant, je sais ce qui s’est joué. Ce que nous cachons aux autres est toujours révélateur. Et les cachotteries d’Avi sont aussi claires que l’eau d’un lagon. Je sais donc que je n’avais aucune chance.  

Je ne suis pas faite pour être aimée. C’est comme ça. Par contre, par malheur, je suis faite pour aimer, violemment.

Je ne puis qu’accepter cette douleur, un des prémices de l’inévitable mélancolie qui viendra un jour à bout de moi. Comme de nombreux Oon’is, comme Grand Père,  je ne vivrai pas vieille. Mais je ferais de ma vie une histoire extraordinaire et même dans ces lieus ou la mémoire tombe en morceaux, on se souviendra de moi. On dira que j’ai passionnément aimé un beau pirate qui m’empoisonna le cœur. Ce sera un conte déchirant.

En attendant, je vis. Et je me dois de devenir une légende.


***

Je dois encore terminer deux trois choses avant que mon cours d’introduction à la magie bardique ne soit prêt. Pour cela, je dois vérifier  un détail auprès d’un sorcier. C'est important. Dans mon public, il y aura peut être de futurs bardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Ven 7 Mar - 12:45

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Il y a longtemps que je n'ai pas vu Avi. Et sa compagne se fait également rare. Je trompe mon angoisse en me disant qu'ils sont probablement ensembles. La vérité est que j'ignore ou il est. S'il est en danger, je n'ai aucun moyen de lui venir en aide. C'est là l'aspect cruel de sa voie. Puisse Valkur protéger son priant, et, si la perspective du piree survenait, que mon Doux Seigneur lui vienne en aide.

***

Le calme de ces derniers jour me donne le loisir de penser et travailler. Un peu trop peut être. Le marin d'eau douce semble s'ingénier à gagner ma sympathie et ma confiance. Mais il serait malavisé de ma part de la lui donner : Je lui ai nuis et sa compréhension peut être feinte.


***

Je passe beaucoup de temps avec mon ami. Il reste le seul homme, avec Grand Père, à m'avoir prise dans ses bras de façon tout à fait chaste, comme un frère. C'est une relation qui m'est précieuse, malgré nos indubitables différences. En fait, je crois qu'on n'aurait pas parié un sou sur une telle amitié : Une barde libertine et un paladin rigoriste ? Impossible.

Je n'en suis que plus marrie de ce que mes instincts la mettent en périls. Mais tant que lui même sait placer la limite, je n'ai peut être pas tant de souci à me faire. Il tient à ses principes : Une "aventure" lui est aussi inconcevable que me l'est le mariage.

Et puis c'est l'époux de Justine. Je ne saurais l'approcher sans avoir l'impression de la trahir. Rien que le fait que cette pensée me soit venue m'horrifie.

Peut être devrais je passer moins de temps avec lui. Peut être devrais je refuser ses cadeaux. Peut être faut il ériger à nouveau des murs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Dim 9 Mar - 12:31

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Des conversations entendues ça et là me laissent penser qu’Avi n’est pas bien loin. Mais je ne demande pas d’avantage de nouvelles. Le fait qu’il reste à distance me parait douloureusement révélateur. J’ai fait une croix sur lui, mais ça reste difficile.

***

Un tournoi se prépare.  Je suppose que ce sera le lieu ou paraitre pour une barde. Dois-je ou ne dois je pas prévoir une tenue « habillée » ?

***

Le Sieur Endrick prépare une expédition importante. Il va falloir que je songe à lui demander si ma participation l’intéresserait. Il faudra aussi que je lui dise un mot ou deux sur ce qu’il se permet à mon égard. Ce n’est pas que cela m’importe, les plaisanteries de corps de garde ne m’amusent ni ne me vexent beaucoup, mais cela a mit Martin « en vrac ». Et Maureen a prit la mouche.  Ce genre de bêtises pourrait avoir des conséquences sur la cohésion future d’un groupe.

***

Je ne peux pas me permettre cela.  J’ai cédé à l’impulsion sans réfléchir, tant ses mots m’étaient doux, doux et perçants comme ma rapière...
Je lui ai fait mal. Moi-même j’en souffre.  Mais en même temps quelque chose de suave tourmente ma chair et mon esprit. Le barrage cède et l’eau emporte tout ce que je niais, tout ce que je claquemurais.

Je ne vais plus savoir ou me mettre. Je n’ai pas le droit. Je me sens monstrueuse. Le cadeau que je lui ai fait était également une pure folie.

Toutes les vérités ne sont pas à dire, mon doux ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mar 11 Mar - 9:53

« Tu es très jolie, sais tu ? »
L’elfe ne répond pas. Son sourire est comme figé. Son allure, son maquillage évoque quelque Pierrot alcoolique, quelque marionnette de porcelaine. Elle ne ressent rien. Elle s’est arrangée pour. La respiration saccadée de l’homme lui en dit assez. Bientôt ce sera fini. Elle fixe un point du mur tandis qu’il atteint son paradis. Voilà longtemps que, pour elle, ce qu’il se passe n’a plus aucune importance.

Elle le connait : Un notable de la région. Marié, une fille de seize ans avec laquelle elle avait échangé divers bavardages de jeunes filles. Il était venu dîner à Aiguemer. Il n’avait alors cessé de la dévorer des yeux, au grand déplaisir d’Elim. Alban avait eu un sourire malicieux en le lui amenant.  Il ne dirait rien. Il ferait semblant de rien. Il craindrait trop de finir propulsé d’une falaise par un Elim soucieux de faire taire celui qui se vanterait d’avoir culbuté sa nièce. Il continuerait à lui faire le baise main quand il la croiserait et n’imaginerait probablement jamais que son mépris secret pour cette petite trainée d’elfe serait largement réciproque.

Elle détestait cette hypocrisie.

***

L’elfe sort de sa rêverie dans un tremblement. Heureusement, « il » dort. Elle laisse le calme ambiant la rasséréner. Elle a quatre heures environ à passer ainsi dans ses bras, à lutter pour ne pas céder au désir de le réveiller.

Ce sera long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mar 18 Mar - 9:57

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Beaucoup de choses, dernièrement. Des cristaux trouvés, volés, récupérés. Qu’ils soient de brume ou impurs, banals ou rares, on ne cesse d’en parler et d’en entendre parler…

Et justement,  Grégory Bastien a parlé d’un travail sur un portal harmonique, en rapport avec les cristaux qu’il rachète.… Je tâcherai d’y mettre mon nez.
Mais voilà qui est amusant et méritera d’être  mentionné dans mon introduction, car il fait écho à certaines choses…


***

Chaque rencontre avec le Comte rend ma position vis-à-vis de lui un peu plus intenable. J’ai commis l’erreur de m'en confier à Martin et j’ai vu dans son regard une expression que je n’avais plus vue depuis un moment. J’ai peur pour lui. Peut être faut il que j'apprenne à ne pas tout lui dire...

Il ne sert plus à rien de nier que je n’ai pas envie de voir le Comte mourir. Outre ce qu’il sait sur Falathar, quelque chose en lui me touche. La fascination du précipice, oui…


***

Mon cours est prêt. Je pète de trouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Jeu 20 Mar - 10:05

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Mon cours fut peu suivi. Espérons que la publication permettra d’atteindre le public visé.

***

Jehan est dans une merde noire. Je ne crains pas de l’écrire. Sa seule option, maintenant, c’est de trouver une autre coquatrice ou quelque chose d’encore plus excitant pour le Comte. Il serait bon qu’on mette définitivement ce clown hors jeu. Je crois que je vais fourbir ma plume. Il ya dix mille manière de  punir et la mienne a au moins l’avantage de ne pas faire verser le sang.

***

Mon doux amour dort encore. J’ai pu me défaire un peu de ses bras pour écrire. Je reviendrai auprès de lui après. Il a peur. Il est jaloux. Je le rassure comme je peux. Je refuse de lui laisser trop voir mes propres angoisses.

***

La Mélancolie. Je ressens ses terribles morsures, ces derniers temps. Seuls mon art et ma foi me permettent de surnager. Même l’amour de Martin ne suffirait pas. Je comprends la lassitude du Comte. C’est pourquoi je dois l’aider.

Je me souviens du temps ou l’alcool et la drogue étaient mon quotidien. Je m’y suis plongée pour rendre ce que je vivais supportable. En un sens, l’addiction du Comte pour ses cruelles chasses  m’est terriblement compréhensible. Détruire autrui ou se détruire soi même obéissent parfois aux mêmes mécanismes.  Ses mots laissent penser que le mot « ennui » recouvre chez lui quelque chose de plus profond et douloureux.

Peut être martin a-t-il raison d’être jaloux ?

Oui et non. Je ne nie pas ma fascination pour le Comte. Mais je garde les pieds sur terre et ne désire pas une relation charnelle  avec lui. Je n’accepte pas qu’il soit un tueur. Je voudrais qu’il redevienne un homme.  Je voudrais sauver au moins son âme.

Je dois savoir et j’ai un prétexte pour l’approcher, qui n’est même pas seulement un prétexte, mais une raison de plus de m’intéresser à lui : Falathar.

***

Nous partons à la chasse, mon doux Aimé et moi. "Il" n'est pas mort. Cette proie s'est attirée ma haine et j'attendais, depuis longtemps, qu'un projet se monte pour aller le détruire. Je vais m'entrainer afin que notre attaque soit sur lui un raz de marée. Je vais faire une petite infidélité au Prince Dauphin et prier ardemment l'Archer Noir pour que la vengeance soit enfin notre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 24 Mar - 12:37

C’était juste avant l’aube. Une heure qu’elle affectionnait. Bientôt il se réveillerait et on laisserait à la veille les disputes et les coups bas. Ce serait alors l’heure des rires et des caresses…

Elle seule avait accès à cette part de lui. Elle se rassura avec cette certitude, tâchant de mettre de coté une part de l’angoisse sourde que la conversation du jour précédent avait fait naitre.

Restait à régler le souci le plus urgent.

« Qu’allons nous faire ? » avait il demandé.
« Je ne sais pas encore. » Avait elle répondu.  Elle avait la sensation qu’il fallait que cette querelle cesse et qu’elle cesse rapidement.

Que pouvait elle faire, elle, la petite conteuse de rue, face à une redoutable sorcière ?

*…*

Précisément faire ce qu’elle savait faire : raconter une histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 31 Mar - 11:36

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Certains nœuds se défont tous seuls. Il semble que ce soit le cas pour ce qui est des relations entre Martin et Maureen. Je suis soulagée. Cela a été comme une épée au dessus de ma tête. Mais je reste vigilante. Je crois qu’il en est sorti très fatigué, les choses l’atteignent de façon aigües. Par contre, j’ai été surprise par la réaction d’Endrick. On aurait dit qu’il voulait à nouveau remettre de l’huile sur le feu. Pourquoi, alors qu’il tentait d’apaiser les tensions ?

***

Le Comte est semblable à l’anguille. Quand on croit l’avoir cerné, il nous prouve que nous sommes encore loin de le comprendre. Face au corps de Lame, il semblait mélancolique. Martin le pense irrécupérable. Mais il n’était pas obligé de nous ramener à la vie. Mon compagnon en est d’ailleurs un peu troublé.

Il semble détester particulièrement les vampires. Curieux. Quoiqu’il en soit, il reste du bon en lui.

Il a été étrangement « gentil » avec moi. Cela ne me rassure pas. Ma peur est toujours présente. Si jamais ce que je crains se révélait fondé, quels seraient les risques pour Martin ?



***

Cette expédition au pays des sables amène bien des questions. Moi qui espérais y trouver de quoi me détendre…


***

Avi me manque. Même si son absence rend les choses plus faciles.
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Lun 7 Avr - 11:51

Rature. Violence du geste qui veut effacer jusqu’à l’existence de ce qui a été tracé. Le pâté est pourtant là, disgracieux.

Dans la chambre solitaire que la belle a louée, il n’ya de place que pour le travail. Elle veut écrire cet hymne joyeux…

« De la harpe océane
Les accords mélodieux
En volutes diaphanes
Sont montés jusqu’aux cieux »


Un quatrain et c’est tout. Le reste ne vient pas. Son esprit n’est pas joyeux. Il n’est pas en paix. L’elfe a peur. L’elfe est en colère. Le corps frêle est parcouru de tensions et de nœuds qui en deviennent presque douloureux.  

La colère…. Envers le Comte, envers Falathar, envers Martin. Elle la brûle, l’épuise.  Et elle veut tous les sauver. Chacun pour des raisons différentes,tout en sachant que forcément, ce ne sera pas possible. Les destins s’entremêlent, l’avenir lui fait peur.

Mais voilà, elle ne peut pas reculer. Les mots lui ont fait mal. Elle doit aller de l’avant pour oublier.

« Ton problème, Hilizil, c’est que tu veux sauver tout le monde. » Avi avait raison mais ce n’est pas un problème, c’est un devoir. Elle ignore juste comment faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mar 15 Avr - 8:45

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

J’avais besoin d’un ou d’une secrétaire pour trier mon courrier et accomplir pour moi quelques menues besognes. C’est chose faite. Cette petite hin m’est sympathique. Mais son attitude peut lui valoir des ennuis.  Elle en aura peut être moins en étant occupée. Martin n’est pas très enthousiaste, mais ça ne le concerne pas. C’est moi qui prends cette petite sous mon aile. Pas lui. Sa vocation de paladin lui interdit de toute façon de devoir gérer une kleptomane potentielle…

[...]

Les disputes n’ont cessé depuis quelques temps. Nos méthodes diffèrent. Je lui ai dit des choses que je regrette et il sait admirablement comment me blesser d’un regard impitoyable. Nous sommes doués pour nous faire du mal. Et pourtant, comme je l’aime, mon paladin aussi buté qu’un mur de briques.

Qu’il me croie naïve est une meurtrissure. Je ne le suis pas. J’ai juste choisis de chercher le meilleur dans les êtres car le pire est presque toujours certain. Je détourne le regard car je veux éviter de juger. Je ne suis moi-même pas exempte de reproches. Je ne suis pas passée loin d’une carrière criminelle. Ô mon doux, tu me traite en petite chose fragile. Mais je sais être aussi dure que l’acier, pour peu qu’on me pousse dans mes retranchements.

Tu n’as pas vu ce que j’étais capable de faire. Mais je me souviens, moi, du Maitre des fantasmes et de l’odeur du sang d’Elim. Il ya un prédateur en moi. Il est en chacun de nous. C’est lui qui guide mon bras quand je vais faire un sort aux gobelins qui suivent le sahuagin. Combien en ai-je égorgé ?

Combien d’êtres ai-je tués ?

Comment te pardonner ce mot qui me renvoie à une image de moi que je déteste ?


[...]

Martin semble comprendre ce qu’il s’est passé dans cette chapelle. Moi je sais juste que quelque chose a tenté de me faire du mal et a rebondi, comme un insecte lancé à pleine vitesse sur une vitre. Je ne me l’explique pas. Il faudra que je lui demande.

[...]

Ma robe est prête, mais l’inspiration me fuit. Je dois absolument avoir au moins un nouveau chant pour ce spectacle, pourtant. C’est horrible : le trac commence à éclipser ma trouille de me faire enlever par un vampire…. C’est dire !

Nous allons bientôt repartir pour le désert. Je me suis faite une tenue spéciale ! Un peu de détente fera du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mer 23 Avr - 11:44

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Je lui ai sacrifié Aigue-mer. Je ne reverrai plus les falaises et les landes de mon pays natal, les rouleaux qui se fracassent contre les rocs aigus. Le parfum saturé d’iode et d’algues, je ne le respirerai plus. C’est terminé et je dois en faire mon deuil. Même si le retour nous était offert, ce ne serait pour moi qu’un cadeau empoisonné. Je vivrai le reste de sa vie avec lui, mais ce serait une vie brève.  Et même si les dieux lui offraient l’occasion de vieillir,  ce qui aurait au moins eut pour moi l’attrait de le voir dans sa maturité, cela resterait bref au regard de ma propre vie.

Je lui ai sacrifié ma vengeance. Ma lame ne percera jamais Elim. Je suis obligée de faire confiance aux miens pour qu’ils le chassent un jour du bureau de Grand Père. Peut être un des fils de Nienna réagira t’il. Ils sont différents des autres membres de la famille. Ils ont du caractère. Elladan, en particulier, me faisait penser à Singollo , mais en plus jeune. Même sévérité sèche,  tempérée par la profonde douceur héritée de son père. Elim n’a pas de fils et Elladan est l’ainé de ses neveux. Oui, si mon cousin réagissait, Aigue-mer serait sauvée. Mais je ne puis que prier la Seldarine pour qu’elle l’inspire.  

Lui ai-je trop sacrifié ? Ô Justine, je t’ai trahie en le faisant mien. Mais mon châtiment réside dans ma faute même : si la mort le prend, et vu sa vie, elle le prendra, il te reviendra finalement.  Vous arpenterez ensembles et pour l’éternité les prairies de votre paradis. Et même si je l’ai mille ans à moi, notre amour ne sera, au regard du votre, qu’une parenthèse qui se terminera pour moi dans une amertume définitive. Tu seras triomphante et ce ne sera que justice.

Je ne t’en veux pas. Je n’ai plus la force de tenter de le détacher de moi. J’ai honte. Mon égoïsme est mon poison.

Moi j’irai nager dans la mer scintillante. Sur ses rives en Arvandor, je chanterai ma peine. Je tenterai d’y trouver la consolation d’avoir, entre moi et mon aimé, dix mille éternités infranchissables.

Ma coupe sera amère à boire. Et je ne m’y déroberai pas.

Chantons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Dim 27 Avr - 10:09

La barde mettait sur le compte d’une forme d’apathie généralisée de la ville le peu de candidatures reçues. Dans un monde ou le rapport au temps et à la mémoire étaient faussés, l’état de barde, gardien d’une mémoire collective inexistante, pouvait sembler incongrus. Seuls les plus grands, ceux dont les dons artistiques exceptionnels forçaient l’admiration pouvaient espérer retenir l’attention générale. C’était par exemple le cas de Michel, fils de Jacques. Et depuis peu, c’était le cas pour Hilizil.

Il y avait donc un véritable enjeu.

Au départ, ils étaient sept. Ils n’étaient plus que trois. Et comme Hilizil l’avaient prévu, ceux qui possédaient le don étaient les seuls à être restés. Tous, comme exigé par la jeune elfe, étaient âgés de plus de quatorze ans et avaient du débourser 1O écus d’or.  Excepté une qui  en avait été exemptée de par sa pauvreté.

La première à les quitter fut une brunette bourgeoise à l’égo sur-développé. Pourvue de dons musicaux incontestables, l’affinité naturelle pour la magie lui manquait. Elle n’en était pas moins persuadée que sa volonté de granit y pourvoirait, habituée à ce qu’on ne lui refuse rien. Elle fut renvoyée avec pertes et fracas. A son père, la barde écrivit le mot suivant :

« Monsieur,
Emelise a des dons remarquables pour ce qui est de la musique. Mais elle n’est et ne sera jamais une barde. Non seulement elle est dépourvue du moindre don arcanique, mais également de la patience nécessaire pour supporter l’apprentissage auprès d’un maître, quelle que soit la discipline concernée. Si peu haute que je sois, je ne saurais accepter qu’une de mes élèves me regarde de haut et gène l’apprentissage de ses camarades.

Les dix écus de son inscription ont été gardés pour le temps passé à supporter ses caprices. Je vous joins en outre la facture pour le banc que votre fille a vandalisé lors de son renvoie. Veuillez adresser votre paiement à l’Académie Aventureuse. Merci d’avance.
Respectueusement,

Hilizil Oon’is »

Depuis, d’autres abandons suivirent, moins spectaculaires. L’un fut recommandé à un orchestre, l’autre à la fosse aux loups qui employait des musiciens à plein temps. Le dernier jouait faux, mais se passionnait pour les instruments eux-mêmes : On lui trouva un luthier pour le former.

Les trois qui restaient étaient donc de véritables bardes que l’elfe pouvait espérer aider à développer leurs dons, si ténus soient ils. L’objectif n’était pas d’en faire des êtres exceptionnels mais des bardes honnêtes, comprenant les implications et les règles intrinsèques du métier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mar 29 Avr - 7:50

Si quelqu'un t'a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre.
Lao Tseu

Certes. Mais on peut aussi lui maintenir la tête sous l’eau avant…
Hilizil Oon’is

Si Hilizil avait grandi en d’autres temps et d’autres lieux, elle aurait sans doute cru en cette chose qu’on appelle « le karma ». Bien qu’offensée, elle ne se presserait pas pour se venger.  Tandis que Martin était parti pour ses tâches matinales, la belle papouillait Kunoeil. Il avait eu une poussée de croissance subite et ce n’était plus un chaton mais un chat adulte de belle taille, et donc forcément originaire d’Antémonde. Il  avait élu domicile dans la cave de l’auberge ou il faisait un carnage parmi les mustélidés. Ce qui lui valait une certaine indulgence des propriétaires quand à son caractère épouvantable et sa trogne encore plus laide qu’autrefois. Maës savait apprécier l’efficacité de l’animal, même si Hilizil était la seule personne à pouvoir le toucher.

« Il m’a offensée, moi, une barde. Il a dit des horreurs devant un Ilmateri réputé colérique. Et il se montre menaçant envers Maureen. Même toi tu sais qu’il ne faut pas faire chier Maureen… »


Une papouille sur le ventre de l’animal ponctua cette affirmation. Hilizil avait raison. Les chats perçoivent ils la magie ? On le dit. En tout cas, Kunoeil  semblait éviter les sorciers avec un soin tout particulier.  Il n’était liant avec personne, mais quand Maureen ou Shem passait, il faisait clairement un détour.

« Tu sais ce que ça veut dire ? Ça veut dire qu’il est assez bête pour croire que les positions de force durent toujours. Il pense qu’il sera éternellement en état de nous dominer. Mais même ici, le temps passe et la roue tourne.  Il va asticoter d’autres personnes, parce qu’il ne peut apparemment pas s’en empêcher. Et moi je vais continuer à monter. Une artiste peut avoir une puissante influence. Bien sûr, l’influence ne suffit pas. Je n’aurai jamais le pouvoir de faire et défaire un officier. Mais j’ai celui d’être là au moment ou il commettra une erreur décisive… j’ai la patience d’attendre.

Parfois, il suffit d’ajouter LA goutte d’eau. »


L’elfe se releva. Il y avait dans toute sa petite personne une détermination froide. Mais sa rancune n’entamait en rien ses facultés. Il se pouvait que l’officier n’ai été, dans cette histoire, qu’une dupe. Et dans ce cas… et bien ça servirait quand même contre lui car un officier n’a pas le droit d’être dupé. Ça ne fait pas sérieux.  Elle revint dans la chambre, le chat sur les talons. Elle avait du travail et chassa l'officier de son esprit.

Débarrassée de ses vêtements, une bande comprimant son peu de poitrine, elle s’affaira à passer ses bras blancs, son visage, ses jambes et ses cheveux au brou de noix. Elle les étira et les tira en un chignon si serré qu’il lui en faisait mal. Puis le maquillage, les vêtements… de petits bouts  de tissus dans les joues lui donnèrent un air plus poupin.

Elle regarda le résultat,  mit la casquette sur sa tête. Il n’y avait plus trace d’Hilizil Oon’is. En face d’elle se dressait Nathan , gosse des rues de onze ans. Bien sûr, il y avait toujours ses yeux. Mais des gamins avec de beaux et grands yeux verts, ça existait.  Ça passerait. Elle fit quelques essais d'attitude : démarche, maintient...Paaarfait !

Il ne fallait pas qu'on voit Nathan sortir de là. Elle incanta et, invisible, ferma à clef, la dissimula sous ses bandages et quitta  l’auberge…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Elseneur

avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 24/12/2013
Localisation : Devant mon écran

MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   Mer 30 Avr - 14:48

Journal d’Hilizil Oon’is, extraits.

Il reste à savoir quoi faire de ce document. Martin est peut être le mieux placé pour s’en servir. Sa parole ne sera pas mise en doute. Je ferai une copie, néanmoins, par précaution. Nous savons la vérité, en tout cas. « Il » m’a fait pitié. Peut être devrais je me souvenir d’avantage que son mensonge a eu de lourdes conséquences. Mais ses remords étaient sincères et il n’est pas le plus grand coupable.

Ma vengeance prochaine ne parvient pas à me rendre joyeuse. Tout est vain.


[…]

Qu'est ce qu'il faut que je lui sacrifie encore pour qu'il comprenne ?

Je suis partie de la chambre avec dans la bouche le gout de cendre des regrets. Je ne sais plus ou j’en suis. Je ne pensais pas qu’il me blesserait ainsi. Et j’ai répliqué avec toute la violence dont je suis capable. Aime-t-il réellement celle que je suis ou n’a-t-il caressé qu’une chimère issue de son imagination ? Avons-nous encore un avenir ensembles? Quel espoir pour moi si ce n’est pas le cas ? Ma vieille ennemie se pointe à nouveau.  Je l’ai rarement sentie si présente.

Partir. Prier. Je dois aller pêcher une branche de corail. Cela me fera du bien de penser à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslieboulay.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hilizil Oon'is   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hilizil Oon'is
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cantate da Hilizil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques de l'Antemonde :: RP :: BG-
Sauter vers: