Les chroniques de l'Antemonde

Forum du module de jeu Neverwinter Nights
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Azim Cheikh Aîmahnne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BadassBedoul

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/12/2013

MessageSujet: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   Mer 25 Déc - 11:58

Nom : Azim Cheikh Aïmahnne
Ethnie : Humain Calishite
Âge : 26

 Azim est un jeune homme de nature assez réservée, mais se veut sympathique. Généreux en sourires, un peu moins en paroles, il aime observer depuis l'autre côté du comptoir les gens qui s'amusent et boivent, et participe parfois à ces réunions de bons vivants qui rythment sa vie de fils de tavernier. De ce qu'il en sait, les gens l'apprécient pour sa bienveillance, ses regards compatissants et connivents, sa discrétion et sa façon de parler, grave et douce, avec un léger accent Calishite. Cependant, il cherche une place qui lui conviendrait mieux dans ce monde, qui n'est définitivement pas avec les gens de "la haute" non plus.

  Azim vit avec sa mère. Son père est parti très tôt dans son enfance, avec sa grande soeur Azaad, sans rien dire d'autres que : "je reviendrai vous chercher toi et ta mère". Azim a longtemps attendu, mais aujourd'hui, il n'y croit plus vraiment et songe à accomplir sa propre destinée. Il aime manier l'épée, faire des passes dans le vide avec les deux lames courtes de son père, et y trouve un moyen de se sentir vivant. Il a pour habitude de regarder les vieilles pièces d'armure de son père, bricolées sur un plastron de cuir, avec un sentiment de réminiscence, venu de nulle part, d'une vie passée à croiser le fer, occire des gobelins, chevaucher aux côtés des elfes, monter sur les épaules d'un troll pour lui asséner un coup fatal. Tant de représentations issues d'une vie paisible à Eauprofonde, à écouter les récits des aventuriers foulant le sol de l'auberge Fadila et Fils.

 Un soir, un client est entré, encapuchonné dans des braies de la couleur des feuilles de chêne, élancé, mince, deux lames courbes soulignaient ses formes discrètes . Azim l'invita chaleureusement à découvrir son visage, tandis qu'il découvrit des traits fins, des yeux bleus, une longue chevelure de feu, un grand front et des oreilles pointues. C'était une elfe, et une belle elfe. Elle semblait toutefois moins émerveillées par ce qu'elle regardait que lui. Cet air carnassier inspira immédiatement un sourire et un clin d'oeil au jeune tavernier : "bienvenu à l'auberge de Fadila et Fils". Elle demanda de l'eau chaude, et du miel : "C'est vous, le fils ?". Il acquiesça en clignant des yeux. "Qu'est-ce qui vous amène ici, on dirait que vous revenez de la guerre ?". "Les affaires...". Les affaires... La raison qu'un client sur deux invoquait dans cette situation. Et pour la moitié d'entre eux, c'était une façon de signifier qu'ils ne voulaient pas être ennuyés... Pour l'autre, cela ne présageait qu'une longue conversation, jalonnée de faux départs, le temps de se sentir à l'aise, retirer sa capuche, s'asseoir confortablement, réaliser qu'on a chaud et retrouver l'accès à la parole. Cette fois-ci, la conversation fut longue à engager, tant les bourrins de la table du fond, néanmoins amis, accaparaient le tavernier pour qu'il trouve drôle la moindre de leurs flatulences. L'elfe réussit cependant à faire le récit de ses aventures, harcelée par les questions très précises d'Azim : des orcs, des créatures magiques, des combats, des combats fratricides, tout ce qu'Azim connaissait déjà. Quand un autre client vint bousculer l'elfe par maladresse, les deux lames de la jeune femme qui reposaient sur le comptoir commencèrent à basculer de l'autre côté. Sans doute avait-elle été distraite, mais on vit la panique dans ses yeux. Azim s'apprêtait à les rattraper quand son poignet fut saisi très fermement par l'elfe, qui s'empara de ses deux lames en un geste vif. Azim avait senti comme un courant d'air glacial et coupant pendant cette fraction de seconde. L'elfe sourit légèrement et monta se coucher.

 Elle resta quelques jours dans l'auberge, ne sortant que rarement. Elle vint plusieurs fois observer Azim faire ses passes après le travail. Elle le regardait, amusée, jusqu'au jour où elle se décida à le reprendre sur sa posture. "Si l'âme est calme, la lame l'est également... Tu forces trop sur ta fusée, pourtant..." D'un geste indiscernable, elle fit glisser l'épée courte d'Azim de ses doigts. "Elle coule comme de l'eau...".

 Ainsi, des jours durant, l'Elfe et Azim échangèrent des passes. Elle lui parla de l'eau, de la vie, du souffle cosmique qui liait tout être dans un grand océan d'énergie dynamique. Azim entendait tout cela, mais parvenait à peine à ressentir le poids de ses lames à force de résister aux assauts de sa partenaire. Jusqu'au jour où vint la garde, aux portes de l'auberge. Il l'invitait expressément à ne laisser sortir personne pour que les soldats fouillent tout le monde. L'elfe à la chevelure de feu, dissimulée sous son capuchon, resta calme, jusqu'à ce que les gardes se tournent vers elle et l'invectivent à coup d'"espionne", "traitresse" et de "gueuse". L'un d'eux tenta de la saisir par les cheveux, mais elle se glissa derrière lui, lame brandie sous la glotte. Tandis qu'un autre s'avançait pour lui asséner un coup de hallebarde sur la tête, Azim dégaina en bondissant par dessus le comptoir. Il sentait chacun de ses pas légers, guidés par le fil de ses lames, vers l'arme du garde. Il para le coup avec la gauche et fit glisser l'autre le long du manche jusqu'aux doigts du garde, qui lâcha prise. Azim ne comprit pas vraiment ce qui s'était passé : sa main droite avait comme basculé sous le poids de son corps, et déchainé une cascade, parcourant les couches du fer, pour détruire tout sur son passage. Il cria à l'elfe "Part !" Celle-ci, visiblement surprise par la bravoure du tavernier, eut à peine le temps de lui sourire avant de bondir, parvenir à l'étage et s'échapper, poursuivie par les cris belliqueux des gardes.

 Azim fut assommé peu de temps après et enchainé. Il attendait sa mise à mort en songeant encore à l'elfe, et à ce qu'il avait réussit à ressentir lors de son assaut contre le garde. Ses poumons commençaient à le faire souffrir et il sentait l'air autour de lui devenir rare et chaud. C'était donc cela l'asphyxie dont parlait la jeune elfe. Il sombra... Et quand il se réveilla, il était dans un long couloir, entouré d'un feu blanc C'était donc cela, la mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BadassBedoul

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/12/2013

MessageSujet: Re: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   Dim 20 Avr - 23:19

Voilà quelques semaines déjà que j'arpente le sol de Lacustrum. Je m'étais dit au départ que je devais rentrer chez moi le plus vite possible, mais j'ai finalement accepté l'idée que j'avais quelque chose à faire dans ces régions perdues. Mais quoi ?
Il faut bien dire que le coin n'est pas avare en mystères et en bizarreries. Je n'ai pu glaner aucune information sur un retour possible et j'ai bien cru que j'étais mort.
Ici, la vie semble avoir une valeur toute relative, à cause de cette brume, qui semble vouloir nous raccrocher sans cesse à elle dans les moments critiques, comme si nous ne méritions pas la mort. Je suis étonné de voir que les gens n'en devienne pas fous. Vivre sans avoir peur de mourir a quelque chose de vertigineux.

J'ai dû renoncer à mes talents de tavernier. Et je ne m'en plains pas. De toute façon, si le destin m'a amené ici, c'est pour changer de vie et pas pour reproduire le même ennui, le même train de vie aliénant. Peut être que cette "parenthèse", voire même ces "points de suspension", dans ma vie me permettra de répondre aux questions que j'avais occulté.

Je pense à ma mère, d'abord abandonnée par mon père et ma soeur, et par moi. Je me dis qu'elle doit se sentir bien seule. Je pense à cette elfe pour qui j'ai mutilé un garde. Je me demande si elle a pu s'en tirer. Chaque fois que je saisis mes lames par leurs fusées, je pense à sa façon de se mouvoir, comme l'eau, à ses gestes fermes pour corriger ma posture quand nous dansions nos fers.

Mes lames, voilà les seuls alliés qui ont pu m'accompagner dans cette bolge de l'enfer. Peut être est-ce un signe ?
J'ai dû m'en servir pas mal de fois depuis que je suis arrivé. Je ne suis pas une fine lame, mais je découvre des sentiments nouveaux, probablement le même genre d'élan vital qui m'a poussé à passer à l'acte avec ce garde. Je cherche désormais à apprivoiser cette combativité pour faire de moi un guerrier plus efficace. Faisant écho à ce dont m'avait parlé l'elfe aux cheveux de feu, j'ai écouté avec attention les leçons données par le moine nommé Chun qui réside à Lacustrum. Le Ch'i, comme il l'appelle, ressemble beaucoup au souffle d'énergie dynamique dont j'avais eu vent à Eauprofonde. Aussi je m'adonne régulièrement à des exercices de respiration de façon à me focaliser sur mon centre. Ceci étant, j'aime avoir mes lames dans les mains, ou juste les sentir contre ma cuisse, lorsque j'essaie de canalyser les fluctuations de l'air dans mon corps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BadassBedoul

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/12/2013

MessageSujet: Re: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   Mer 23 Avr - 0:48

On m'a demandé si j'étais un homme pieux...

En manipulant cette chevalière du juste, je songe à tous ces hommes pieux. Je respecte les croyances, prie et craint les même dieux. Mais ce qui pousse certain d'entre nous à agir avec piété me dépasse largement. Je ne me sens sous la protection d'aucun des dieux. Aziz, lui, pensait obtenir un retour en Toril en restituant un artefact à son dieu. Il va devoir donner un sens à cet échec et garder la foi. Voilà une chose dont je suis incapable. Je ne croyais pas vraiment en un retour possible quand on lui a rendu l'artefact, mais je voulais croire en la sincérité et la dévotion de cet homme. Quelles qu'en soient les conséquences, j'aime penser que le bon choix a été fait, car tout le monde a cru bien faire. Voilà pourquoi je porterai cette chevalière sereinement, parce que je sais que je suis faillible bien que de bonne volonté.

Lors de la quête que nous avons entrepris aujourd'hui, j'ai pu constater que mes lames étaient impuissantes à assurer ma protection. J'ai du beaucoup me reposer sur la bravoure des autres. Mon esprit s'est de nombreuse foi laissé envahir par la terreur et le fruit de mon entraînement, quoique sérieux, n'a pas été bénéfique aujourd'hui. Ma seule réussite aura été de survivre. Mais j'essaie d'éviter la frustration. Fort heureusement, personne n'est « mort ».Chacun de nous a fait de son mieux. Je savais déjà que je prenais un risque en participant à cette expédition mais il me fallait des réponses. Je crois avoir compris que je ne souhaitais pas réellement revenir chez moi, enfin pas comme ça, pas sans avoir compris pourquoi j'étais ici.

Je tâche de m'exercer d'avantage à ressentir les fluctuations du souffle en moi et je crois que tenir ces lames dans mes mains m'aide à canalyser mes perceptions. Elles sont, comme moi, un nœud, dans lequel la vie passe et s'échappe en permannence. Chaque inspiration coule dans leurs innombrables couches, siffle sur le fil et résonne en mon centre. Elles sont les vagues qui déferlent de mon esprit et frappent contre l'air. Je danse avec elles dans l'arène et glisse dans les creux des courants. Chaque pas que je fais est sur une ligne ténue., un fil lâche qui bouge au gré du vent. Je laisse mes ailes se gonfler et m'entrainer pour tournoyer, m'élever, piquer et frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BadassBedoul

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/12/2013

MessageSujet: Re: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   Jeu 24 Avr - 23:52

J'ai eu envie de participer à la cérémonie caritative organisée par Gabriel des Barres. Je trouve que c'est le genre d'événement qui mérite que les gens s'y investissent.
Mais je voulais aussi pouvoir mesurer l'ampleur de mes progrès. Or, j'ai pu constater le fossé qui me séparait de mes concurrents. Chacun d'eux dégageait une telle aura de vaillance ou d'agressivité que je me suis retrouvé complètement soumis, comme un chat qui se couche en brandissant les griffes et en crachant contre son dominant. Heureusement, j'étais déguisé, et je pense qu'on ne m'a pas reconnu. En plus de cela, cela m'a évité d'être embarrassé par les remerciements de Gabriel...

* * *

Je crois que j'apprécie de plus en plus de partir à l'aventure avec des compagnons croisés au hasard. J'ai fait plusieurs sorties sur les îles et grâce à la bienveillance des autres, j'ai pu apprendre quelques ficelles pour mieux appréhender un terrain ou préparer un assaut. Bien sur, ce n'était que la base, mais ce fut très enrichissant. J'ai en plus pu croiser des ennemis variés, notamment des moines guidés par un souffle perverti. C'est une voie dont je dois moi même me méfier si je compte apprendre à utiliser mon énergie vitale. Je dois protéger mon esprit en me gardant de certaines de mes envies. Cela implique également que je me ménage d'avantage à l'avenir. Je me suis beaucoup entrainé ces derniers temps, et cela a généré des désirs qui dénaturent ce pour quoi je dois apprendre à me battre. J'ai constaté une certaine dépendance à l'entrainement et au surmenage physique au cours de ces derniers jours. Le problème est que mon corps risque de ne plus suivre, surtout si je me livre à des "farces" comme sur l'île de joute... Je vais essayer de ne pas perdre de vue les raisons de mon entrainement et de mon combat... Je profiterai de quelques jours de repos et de méditation, bientôt.

D'ailleurs, pourquoi est-ce que je me bats ? Pourquoi est-ce que je m'entraine ? Je n'ai rien à protéger et rien à conquérir. Je n'ai qu'une seule raison qui me pousserait à me battre : survivre. Or, cette seule raison ne me portera pas bien loin. Je ne pense pas que ce soit ce qui me pousse à m'entrainer tous les jours. Il est vrai que j'aime penser que je serais capable de protéger les plus faibles, mais je crois que je commence à rechercher une certaine perfection, une certaine virtuosité, un équilibre dans ma façon de combattre et que cet état de plénitude que je recherche dans la danse est une fin qui me suffit amplement.

Depuis trop longtemps, les flux stagnent en mon centre et l'asphyxie nous gagne.
Je répète sans cesse les mêmes séquences de mouvements, comme des maximes ou des mantras, jusqu'à ne plus sentir mes lames dans mes mains. Je ne sais plus qui décide de bouger, elles, ou moi. Il n'y a plus de différence entre les armes et l'être libre. Nous laissons se déchainer les vagues de notre esprit, et libérer des flux jusque là endigués. Laissons le vent parcourir les milliers de couches qu'on nous a martelés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BadassBedoul

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/12/2013

MessageSujet: Re: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   Dim 27 Avr - 0:49

Pour la première fois depuis que je suis arrivé dans cette archipel, j'ai vu quelqu'un mourir pour ne pas revenir. Cela a ravivé un sentiment que j'avais fini par oublier, un poids que je n'avais pas ressenti depuis longtemps. C'est difficile à décrire ou à nommer, mais je crois qu'il s'agit d'une nouvelle prise de conscience de la mort. "Rien n'est éternel" dit l'un des suivants de la brume. Alors que je tenais le corps de l'enfant dans mes bras, j'ai ressenti un souffle chaud remonter depuis ma poitrine jusque dans l'arrête du nez, envahissant l'entièreté de mes sinus, noyant mon visage dans l'acide. J'ai contenu mes larmes, mais beaucoup d'énergie s'est échappée quand j'ai rendu un souffle entre mes dents serrés, avec râle guttural. Ce phénomène d'épanchement de souffle vital semble être un mécanisme de défense. D'autres contiennent ces flux jusqu'à ce que les digues explosent en rage.
Quelles que soient les formes qu'il peut prendre, le chagrin est là pour nous rappeler que la vie est précieuse, même ici.

Je serre mes lames très fort jusqu'à en avoir une crampe. Elles sont en colère on dirait. " Si l'âme est calme, la lame est calme." me disait l'elfe aux cheveux de feu, "tu forces beaucoup sur tes fusées, et pourtant elles coulent." Je viens de me couper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BadassBedoul

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/12/2013

MessageSujet: Re: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   Jeu 1 Mai - 23:59

Je ne veux pas devenir une arme. Tout en développant le lien avec les lames de père, je tâche de me préserver d'une confusion totale. Je suis le siège de commandement, la source de la cascade. Sans pensée, pas de souffle, pas d'existence. Si je ne prends pas garde, je deviendrai l'arme d'un autre et de grands malheurs se produiront. Ce n'est pas ma voie. Je resterai le maitre. Pas d'un empire, pas d'un royaume, pas d'une armée , pas d'un disciple, mais de moi même.

Je me suis beaucoup entrainé. Mais plus encore, je me suis exercé à ressentir les fluctuation de pneuma. J'arrive désormais à créer un instant de synchronie entre mes lames et moi de façon à ce que nous ne formions qu'un seul corps obéissant à ses propres lois mécaniques. Je sens que mon corps s'est sculpté par la réalisation de postures adaptées à la présence de mes épées dans mes mains. Elles sont désormais à mon centre ce que la queue est à un chat. Sans elles, les portes se ferment. Quand je les tiens, les méridiens ouvrent la voie à la déferlante de mon esprit. Un échange se créé entre eux et les couches du métal. Nous devenons des miroirs, disposés l'un en face de l'autre. Je tâche de saisir l'instant de résonance le plus intense, en recentrant les flux vers mon nombril. Mais la force relâchée est brute et l'effort me vide. Chun m'avait prévenu que la première vague serait émotionnellement forte. Mais je ne m'attendais pas à un tel sentiment de légèreté après le lâcher prise. Alors que les trombes d'eau m'assommaient déjà sous la cascade, que mes sens m'avaient abandonnés, pivotant sur mes hanches, j'ai déplié mon bras, ressentant une poussée d'eau vers le haut. La poussée prit ma lame et mon bras. Tous deux glissèrent d'eux mêmes, décrivant une diagonale. Je sentis la cascade s'ouvrir. Peut être avait on entendu mon cri sur toute l'île de Bibelot, car pendant un instant, la cascade s'était tu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BG] Azim Cheikh Aîmahnne   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BG] Azim Cheikh Aîmahnne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA MOSQUEE DU CHEIKH LOTFOLLAH (IRAN)
» Mauritania: Un Autre Coup d’Etat…Qui Nous Ressemble
» L'IRAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques de l'Antemonde :: RP :: BG-
Sauter vers: